Afin d’assurer l’équilibre entre compétitivité et pouvoir d’achat, il veillera à ce que l’évolution des salaires belges soit similaire à celle des pays voisins. Une phrase de l’accord inquiète cependant la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) : "Pour ce faire, l’utilisation de circulaires (ministérielles, NdlR) sera privilégiée, en concertation avec les partenaires sociaux". La FEB prévient : pas question que ces circulaires servent à contourner la loi de 1996, que les salaires augmentent trop et que notre compétitivité diminue !

Concernant le marché du travail, la Vivaldi vise un taux d’emploi de 80 % d’ici 2030 (contre 70 % aujourd’hui). Elle veut notamment relever le taux d’emploi des travailleurs âgés, via la pension à temps partiel, les fins de carrière adoucies ou la formation et la réorientation tout au long de la carrière. Elle demandera par ailleurs aux partenaires sociaux d’engager un débat sur le package de rémunération, à partir d’une étude à venir sur le lien entre rémunération et ancienneté.

Harmonisation des congés

Avec la crise sanitaire, le télétravail a pris de l’ampleur. La Vivaldi va élaborer, avec les partenaires sociaux, un cadre interprofessionnel permettant plus de flexibilité tout en garantissant la protection des travailleurs. Au menu, entre autres, des mesures pour optimiser le télétravail.

Citons encore en vrac d’autres projets sur la table de la Vivaldi : l’utilisation du chômage temporaire pour force majeure en remplacement du congé Corona quand les enfants ne peuvent aller à l’école ; la mise en place d’un compte formation individuel ; des incitants pour que les minimexés, les malades de longue durée et les personnes handicapées se dirigent vers l’emploi ; ou une consultation sur l’harmonisation et l’optimisation des différents systèmes de congés.