Situé à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), le bâtiment, baptisé "Convergence", peut accueillir 1.700 personnes sur sept étages et 25.000 m2. Il a été livré fin 2020 par les promoteurs Inovalis et Pitch Promotion.

C'est une "merveille", savoure le directeur général de Danone France, François Eyraud, avant de lancer les visites de l'édifice, que le groupe loue pour une durée minimale de 12 ans.

Pour cause de crise sanitaire et de télétravail massif, les équipes ont encore peu investi le lieu aménagé pour favoriser "la collaboration, l'inventivité", selon les mots du PDG Emmanuel Faber.

L'immeuble accueille pour l'heure les activités France du groupe, mais est pressenti pour devenir le nouveau siège social de Danone sur fond de réorganisation.

Fin novembre, Danone avait annoncé vouloir supprimer jusqu'à 2.000 postes dans ses fonctions centrales, en France et dans le monde, afin de "simplifier" son organisation, renouer avec la croissance et augmenter sa rentabilité.

Le groupe indiquait aussi prévoir de "rapprocher" son siège mondial, situé à Paris, de celui de Rueil-Malmaison.

L'entreprise entend mettre fin aux "décisions prises encore trop en pyramide" et "organiser un schéma beaucoup plus neuronal, dans lequel les grands pays [dans lesquels Danone opère] auront leur autonomie, discuteront entre eux, s'organiseront entre eux, avec le soutien de fonctions [centrales] très essentielles sur le partage des pratiques, le partage des talents, des expertises", ce qui "révolutionne la façon dont le siège mondial va fonctionner", a déclaré mardi M. Faber.

"Cela va se traduire probablement, mais c'est une étude à ce stade, par un rapprochement des équipes du siège du boulevard Haussmann et de plusieurs endroits dans Paris avec ce qui est devenu aujourd'hui notre vaisseau amiral sur le plan des lieux de travail de Danone en France", le siège de Rueil-Malmaison.

La décision doit être tranchée courant 2021, a ajouté Emmanuel Faber, sans vouloir s'exprimer davantage sur cette réorganisation.