Les groupes spatial ArianeGroup et énergétique Engie ont annoncé jeudi un partenariat dans le domaine de l'hydrogène liquide d'origine renouvelable, qui doit se traduire dans un premier temps par la construction d'un liquéfacteur à Vernon (Eure).

Les partenaires vont ainsi développer ce projet sur ce site industriel d'ArianeGroup, qui utilise déjà de l'hydrogène pour la propulsion de ses lanceurs spatiaux Ariane, ont expliqué les dirigeants des deux entreprises lors d'une conférence de presse.

Vernon est "le plus grand site d'essai opérationnel hydrogène en Europe", a souligné André-Hubert Roussel, directeur général d'ArianeGroup (coentreprise entre Airbus et Safran).

Dans un deuxième temps, les deux entreprises souhaitent proposer des produits et services en lien avec l'hydrogène liquide, en priorité pour le transport maritime et fluvial.

Le projet se traduira par une phase de recherche et développement jusqu'en 2024, puis de démonstration commerciale dans un port à partir de 2025 pour alimenter un premier bateau. Les solutions doivent ensuite être déployables à partir de 2030.

Cet hydrogène "vert" doit être produit par une électricité d'origine renouvelable, alors qu'il est aujourd'hui beaucoup plus cher que l'hydrogène d'origine fossile, dont la production est très polluante.

"Il y a un facteur deux à trois à trouver sur le coût de production de l'hydrogène vert", a souligné Claire Waysand, la directrice générale par intérim d'Engie.

Ce partenariat intervient au moment où l'Allemagne, l'Union européenne et récemment la France ont annoncé des plans massifs de soutien au développement de la filière hydrogène.

Mme Waysand a ainsi salué "une prise de conscience" sur ce sujet.