Le géant italien des hydrocarbures Eni a enregistré une perte nette abyssale de 4,4 milliards d'euros au deuxième trimestre du fait d'énormes dépréciations d'actifs dans un marché pétrolier durement affecté par l'épidémie de coronavirus. 

Cette perte, annoncée jeudi, est un peu moins importante qu'attendu. Selon le consensus du fournisseur d'informations financières Factset Estimates, les analystes tablaient sur -4,8 milliards d'euros, contre un bénéfice net de 424 millions un an plus tôt.