Les Bourses européennes ont clôturé sur de très forts rebonds vendredi, soutenues par Wall Street et stimulées par les fortes probabilités d'un vote positif de la Chambre des représentants américaine sur le plan de sauvetage bancaire. Le rachat de la banque Wachovia par sa concurrente Wells Fargo a contribué à doper les financières, déjà soutenues par les perspectives de sauvetage des banques aux Etats-Unis.

La Bourse de New York se maintenait en hausse à mi-séance, stimulée par le rachat de Wachovia, alors que les représentants américains débattaient du plan de sauvetage du système financier: vers 15H50 GMT, le Dow Jones Industrial Average (DJIA) avançait de 1,69% à 1O.659,99 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, de 2,73% à 2.030,59 points. L'indice élargi Standard & Poor's 500 prenait 2,34% à 1.140,40 points.

La Bourse de Paris a clôturé sur un important rebond le CAC 40 grimpant de 2,96% à 4.080,75 points, alors qu'il évoluait en baisse dans la matinée après avoir abandonné 2,25% jeudi. BNP Paribas s'est envolée de 9,42% à 71,34 euros, Société Générale de 7,32% à 68,64 euros, Crédit Agricole de 6,14% à 15,39 euros, tandis qu'Axa progressait de 4,67% à 23,09 euros. De son côté, Natixis a pris 14,04% à 2,68 euros.

Par ailleurs, les valeurs parapétrolières Vallourec (+2,78% à 134,04 euros) et CGG Veritas (+3,09% à 19,66 euros) se sont ressaisies après leur dégringolade de la veille: après leur repli des derniers jours, les cours du pétrole se stabilisaient vendredi à New York, profitant également à Total (+3,14% à 42,65 euros). A Londres, l'indice Footsie-100 des principales valeurs de la place a gagné 2,26% à 4.980,25 points.

Les banques continuaient à avoir les faveurs du marché, qui semblait rassuré par les engagements du gouvernement Brown à faire "tout ce qu'il faudrait" pour maintenir la stabilité du système financier. Le gouvernement britannique a notamment annoncé que sa promesse de porter de 35.000 à 50.000 livres de plafond de garantie de l'épargne au Royaume-Uni serait effective dès mardi.

HBOS a gagné 17,34% à 199,60 pence, Barclays 8,88% à 368 pence, Lloyds TSB 10,78% à 290,25 pence et RBS 5,80% à 186,20 pence. L'assureur Old Mutual a gagné quant à lui 6,61% à 77,40 pence après le règlement d'un litige au sein de sa filiale suédoise Skandia. L'indice vedette Dax de la Bourse de Francfort s'est nettement repris, alors que le plan d'aide Hypo Real Estate paraissait acquis. Le Dax a gagné 2,41% à 5.797,03 points, après une perte de plus de 2% la veille. Le MDax (valeurs moyennes) a pour sa part baissé de 0,65% à 6.701,44 points.

Largement en tête du Dax, Hypo Real Estate a grimpé de 41,43% à 7,51 euros. La Commission européenne a approuvé jeudi soir le plan de sauvetage de la banque immobilière, le plus gros de l'histoire financière allemande. En outre, selon des sources, les différents acteurs du secteur financier allemand se sont mis d'accord dans la nuit sur la répartition exacte du fardeau entre eux, au terme de difficiles tractations. Les autres bancaires ont profité du mouvement de soulagement, avec une hausse de 10,14% à 32,49 euros pour Postbank, de 6,68% à 53,01 euros pour Deutsche Bank et de 6,18% à 14,18 euros pour Commerzbank.

Le MDax a été plombé par Premiere, descendu aux enfers (-50,38% à 4,60 euros) après un avertissement sur résultats la veille au soir, doublé de l'annonce du départ de son directeur financier. Le groupe va inscrire une perte d'exploitation cette année, et doit négocier le ré-échelonnement de ses crédits avec ses banques. A Milan, l'indice SP/Mib a fini sur une nette progression de 2,59% à 25.911 points.

Le titre de la plus grosse banque italienne, UniCredit, a bondi de 9,58% à 3,08 euros. UniCredit a retrouvé la confiance du marché après s'être effondrée en début de semaine sur des craintes quant à sa santé financière. Les dirigeants de la banque ont assuré à plusieurs reprises qu'elle n'avait aucun problème de liquidité.

Intesa Sanpaolo a pris 3,45% à 3,90 euros, tandis que Banca Monte dei Paschi di Siena a progressé de 2,26% à 1,81 euros. L'indice vedette de la Bourse de Madrid, l'Ibex-35, a gagné 3,78% à 11.418,5 points, tiré vers le haut par les valeurs bancaires. L'action de la principale banque espagnole, Santander, a progressé de 7,64% à 11,69 euros, et celle de la deuxième, BBVA, a gagné 6,31% à 12,30 euros.

A la Bourse suisse, l'indice SMI des 20 valeurs vedettes a pris 2,21% à 6.879,82. Le bancaire UBS, qui a annoncé la suppression de 2.000 postes dans son unité banque d'affaires, s'est envolé de 12,58% à 23,98 francs. De même Credit Suisse a terminé en forte hausse de 8,3% à 57,4 francs, alors que Julius Baer lâchait 0,57% à 52,4 francs.

L'indice Bel-20 de la Bourse de Bruxelles a clôturé sur une hausse de 0,58% à 2.757,01 points. Le bancassureur belgo-néerlandais Fortis a perdu 0,79% à 5,422 euros. Son démantèlement a été annoncé dimanche soir, avec le rachat par le gouvernement néerlandais de l'essentiel des activités du groupe aux Pays-Bas, y compris ABN Amro, pour 16,8 milliards d'euros.

L'indice AEX à la bourse d'Amsterdam a fini sur un gain de 3,99% à 344,02 points. L'action Arcelormittal a clôturé en hausse de 2,92% et celle de ING en hausse de 1,75%. Le PSI-20, indice vedette de la Bourse de Lisbonne, a lâché 1,5% à 7.715,52 points. La Bourse d'Oslo a clôturé en forte hausse, avec un bond de 5,69% qui efface quasiment les pertes accusées la veille (-5,88%).