Le géant bancaire espagnol CaixaBank compte supprimer 8 291 postes, soit environ 16 % de ses effectifs totaux, dans le cadre de la restructuration consécutive à l'absorption de sa compatriote Bankia, a annoncé mardi le syndicat Commissions ouvrières sur Twitter. La banque compte également fermer 1 534 agences, soit environ un quart du total, a indiqué le syndicat à l'issue d'une réunion avec la direction, alors que les annonces de suppressions de postes se multiplient dans le secteur bancaire espagnol.

Depuis l'officialisation fin mars de la fusion avec Bankia, rachetée par CaixaBank, la nouvelle entité est devenue la première banque d'Espagne en matière d'actifs sur le territoire national, mais reste devancée par Banco Santander et BBVA au niveau de la présence internationale.

La nouvelle banque fusionnée comptait fin décembre 51 000 employés, filiales à l'étranger incluses.

"Ils proposent des départs volontaires avec une compensation inférieure (au plan social de 2019), en menaçant de recourir à la 'méritocratie' si le chiffre n'est pas atteint", a dénoncé dans un tweet Commissions ouvrières.

Fin mars, le directeur général de CaixaBank, Gonzalo Gortazar, avait assuré vouloir faire "quelque chose qui ne soit pas traumatisant, essayer de faire primer le volontariat (...) et retenir les meilleurs".

Dévastées par la crise financière de 2008, les banques espagnoles se sont séparées entre 2008 et 2019 de près de 100 000 personnes, soit environ 37 % des effectifs de 2008, selon le syndicat Commissions ouvrières.

La première banque espagnole Banco Santander a supprimé 3 500 postes en 2020, et Banco Sabadell compte en supprimer 1 800 dans le cadre d'une vaste restructuration.

BBVA devrait également annoncer dans les prochains jours un plan de suppression d'emplois.