La justice française devrait avaliser lundi le plan de sauvegarde d'Eurotunnel qui prévoit la restructuration financière du groupe, permettant ainsi à l'exploitant du tunnel sous la Manche d'éviter définitivement le dépôt de bilan. Le tribunal de commerce de Paris, qui l'avait placé sous sauvegarde judiciaire, l'été dernier, pourrait aussi décider de prolonger la période "d'observation" du groupe. Il devrait donner son accord à la mise en oeuvre immédiate du plan par la direction. Le plan, avalisé par les créanciers, prévoit de diviser par deux sa dette de 9 milliards d'euros et de créer une nouvelle société, Groupe Eurotunnel, via une Offre publique d'échange (OPE) de titres proposée aux actionnaires. En cas d'aval du tribunal, lundi, le calendrier des événements à venir sera précisé par Jacques Gounon à l'issue de l'audience publique prévue à 9h, a précisé le groupe. Mi-décembre, le PDG du groupe avait indiqué qu'il souhaitait voir finaliser la mise en place du plan de sauvegarde à la fin du premier trimestre, après une OPE organisée en février. Le groupe espère aussi voir son action de nouveau cotée à la Bourse vers fin janvier. Elle est suspendue à Paris depuis mai 2006, au prix de 44 centimes d'euro. Si le tribunal donne son accord, il faudra à convaincre les 800000 actionnaires de souscrire à l'OPE. Selon Eurotunnel, l'offre ne sera un succès que si au moins 60 pc des actionnaires y participent.