Alors que la situation était encore très certaine jeudi à Durobor, la gobeleterie de Soignies déclarée en faillite, une solution a été trouvée vendredi pour maintenir le four de l'usine en veille jusqu'à au moins lundi, annonce ce matin Stefano Fragapane, permanent FGTB. Des anciens travailleurs ont accepté d'être provisoirement réengagés afin d'assurer cette mission en toute sécurité.

Il fallait que l'outil soit maintenu en activité afin de ne pas compromettre un éventuel projet de reprise de l'entreprise. Le four ne peut en effet pas être éteint, sous peine de ne plus pouvoir être rallumé. Et comme l'un des deux candidats repreneurs qui se sont manifestés à la curatelle propose de poursuivre la production de verres, le four devait rester en veille pour ne pas que sa candidature soit écartée d'office, faute d'outil fonctionnel.

On avait appris jeudi que l'autre candidat, Frédéric Willems, un entrepreneur actif dans le secteur du verre, souhaitait reprendre la ligne de décoration de Durobor ainsi qu'une dizaine de travailleurs.

Ces deux projets industriels sont examinés par les curateurs et la Sogepa (Région wallonne), actionnaire à 48% de Durobor et propriétaire des bâtiments et des outils. Le patron de la Sogepa, Renaud Witmeur, précise vendredi que "des contacts avec les différents candidats s'organisent tous les jours, avec une priorité, pour des raisons pratiques (la question du four), sur ceux qui visent aussi l'activité de production de verres".