Contrairement à British Airways, la compagnie belge ne voit "aucune raison" d’annuler ses vols vers l’Égypte.

L’annonce est survenue ce samedi et a surpris tout le secteur du voyage : British Airways a décidé d’arrêter ses vols vers Le Caire durant une semaine. La compagnie Lufthansa a suivi dans la soirée en annonçant une suspension jusqu’au lendemain de ses vols en direction de la capitale égyptienne, n’indiquant aucune raison particulière. Le transporteur allemand a, par la suite, annoncé qu’il reprendrait ses vols dès ce lundi.

Côté britannique, on évoque un arrêt par précaution. "Nous revoyons constamment nos dispositions en matière de sécurité dans tous nos aéroports à travers le monde, et nous avons suspendu les vols à destination du Caire pendant sept jours à titre de précaution pour permettre une évaluation plus approfondie", explique British Airways. Sur sa page de conseils aux voyageurs se rendant dans le pays, le ministère britannique des Affaires étrangères évoque ainsi un "risque accru de terrorisme contre l’aviation". "Des mesures de sécurité supplémentaires sont en place pour les vols au départ de l’Égypte à destination du Royaume-Uni", ajoute le Foreign Office (FCO).

Le Royaume-Uni déconseille tous trajets en avion, sauf les voyages essentiels, à destination ou en provenance de la station balnéaire de Charm el-Cheikh, dans la péninsule du Sinaï. Charm el-Cheikh est justement l’une des quatre destinations égyptiennes, avec Hurghada, Louxor et Marsa Alam, de la compagnie belge Tui fly qui nous a confirmé maintenir ses vols depuis la Belgique vers ce pays. "Nous n’avons aucune raison de croire que la sécurité de nos passagers est en danger", explique Sarah Saucin, la porte-parole de Tui fly. Le transporteur s’en tient aux avis du ministère des Affaires étrangères belges et n’annule aucun vol vers l’Égypte "pour le moment".

"Une crise fabriquée de toutes pièces"

Les décisions de British Airways et de Lufthsansa ont suscité des inquiétudes en Égypte quant à de potentiels dommages pour l’industrie touristique, vitale pour le pays et qui a récemment montré des signes de reprise après une crise de plusieurs années. Un haut responsable de l’autorité de l’aviation c ivile égyptienne a critiqué ces annulations de vols. "Tous les aéroports égyptiens sont bien sécurisés. La sécurité dans ces aéroports dépasse les standards en la matière", a ainsi assuré Sameh al-Hefnawi.

Selon lui, ces annulations étaient et sont motivées par des considérations politiques et "n’ont rien à voir avec l’aviation". "Chaque fois que l’Égypte se remet, une crise fabriquée de toutes pièces se produit", a-t-il estimé. En réponse aux annulations de British Airways, le ministère égyptien de l’Aviation civile a déclaré qu’il avait augmenté la capacité en sièges des vols de la compagnie nationale EgyptAir à destination de Londres.