La Commission européenne a donné son accord à l'acquisition de Base par Liberty Global, la maison-mère de Telenet, au terme d'une enquête approfondie en vertu du règlement de l'UE sur les concentrations.

Ce feu vert est accompagné de conditions afin de garantir une saine concurrence entre les acteurs du secteur télécom. Parmi ces conditions, il y a le transfert d'une partie de la clientèle de Base à Medialaan. Ce dernier devient donc un opérateur mobile virtuel.

Mme Margrethe Vestager, commissaire chargée de la politique de concurrence, a déclaré à ce propos: « Nous nous sommes assurés que la concentration entre Liberty Global et BASE n'allait pas venir inverser la tendance à la baisse des prix des communications mobiles en Belgique observée ces dernières années. Pour maintenir une saine concurrence sur le marché de la téléphonie mobile belge, Liberty Global et BASE vendront une partie de leur clientèle à un nouvel opérateur mobile virtuel.»

Pour répondre aux préoccupations de la Commission, Liberty Global a proposé les engagements suivants:

- vendre la participation de BASE dans Mobile Vikings, un opérateur de réseau mobile virtuel qui utilise le réseau de BASE, au radiodiffuseur belge Medialaan.

- transférer une partie de la clientèle de BASE à Medialaan. BASE et Medialaan sont actuellement liées par un accord au titre duquel BASE vend des services de téléphonie mobile sous la marque JIM Mobile, détenue par Medialaan. Liberty Global transfèrera les clients de la marque JIM Mobile à Medialaan.

Liberty Global a également conclu un accord avec Medialaan, donnant à cette dernière accès au réseau mobile de BASE à des conditions qui lui permettront d'être compétitive en tant qu'opérateur de réseau mobile virtuel étendu («full MVNO»).

Selon le communiqué de la Commission: "Les mesures correctives répondent adéquatement aux craintes exprimées par la Commission, dès lors qu'elles garantissent l'entrée sur le marché de la téléphonie mobile de détail d'un nouvel opérateur de réseau mobile virtuel afin de compenser la perte de concurrence occasionnée par la sortie de Telenet en tant qu'opérateur de réseau mobile virtuel indépendant."

La Commission s'est également penchée sur les craintes exprimées par les concurrents quant à la capacité qu'aurait Liberty Global, après l'acquisition, de les exclure du marché en proposant des offres groupées de services fixes et mobiles. La Commission a considéré que "ces inquiétudes n'étaient pas justifiées. En effet, l'acquisition ne modifiera pas la structure du marché étant donné que Telenet offre déjà des services fixes et mobiles."

Enfin, la Commission s'est attachée à déterminer si l'acquisition détériorerait les conditions d'accès de gros pour les opérateurs de réseau mobile virtuel en Belgique. Elle en a conclu que "l'acquisition ne posait pas de problème sur ce point, étant donné que la concentration ne change rien aux éléments incitant BASE et Liberty Global à accorder un accès de gros à leur réseau."