L'entreprise d'autocars longue distance Flixbus va relancer ses lignes en Belgique, aux Pays-Bas et en France à partir du 18 juin. Elle avait déjà repris ses activités le mois dernier en Allemagne, au Danemark, en Autriche et en Pologne. Entre-temps, ses bus verts ont également repris les routes d'Italie et du Portugal.

Les passagers devront porter le masque tout le long du trajet et lors de leur montée et descente dans le véhicule. Seule une partie des places sera disponible, et le contrôle des tickets se fera sans contact.

Liquidation d'Eurolines ?

Flixbus compte demander également l'ouverture d'une procédure de liquidation judiciaire pour sa filiale française d'autocars interurbains Eurolines, ce qui pourrait "mettre en grande difficulté plus d'une centaine de salariés", affirmaient ce mercredi plusieurs syndicats de l'entreprise française. "FlixBus, actionnaire unique d'Eurolines, souhaite qu'elle soit placée en liquidation judiciaire quelques mois après l'avoir rachetée à Transdev, ce qui conduirait à licencier l'ensemble de ses salariés à brève échéance et sans moyens ainsi qu'à laisser sur le carreau ses fournisseurs", dénoncent dans un communiqué les syndicats CFTC, CGT et FO d'Eurolines.

Rachetée au printemps 2019 par FlixBus, la compagnie Eurolines, qui opère également en Belgique, compte environ 115 salariés en France.

"Profitant du Covid-19, FlixBus met le coup de grâce à la société Eurolines pour (...) se débarrasser de dizaines de salariés aux frais de la collectivité", fustigent les trois syndicats.

Selon eux, le groupe allemand, l'un des deux acteurs des "cars Macron" en France avec BlaBlaBus, "a refusé de chercher un repreneur" et "veut se débarrasser d'une coquille qu'il a lui-même vidée en remplaçant petit à petit les quelques lignes de cars Eurolines qu'il avait gardées par celles de FlixBus".

Selon la CGT, un comité social et économique (CSE) extraordinaire est prévu ce jeudi après-midi.