Le personnel du groupe de mode FNG n’est plus payé depuis ce samedi 1er août, selon le syndicat chrétien ACV Puls. Les comptes bancaires de la maison-mère de Brantano, CKS, Brandstores et FNG Group Holding, notamment, ont été bloqués et un curateur ne sera désigné que lundi, a indiqué Paul Lembrechts, le CEO de FNG.

Vendredi, FNG a officiellement déposé le bilan de 20 de ses filiales auprès du tribunal de l’entreprise de Malines. Selon l’entreprise, les banques ont mis fin à ses activités en retirant les crédits en cours et en bloquant ses comptes bancaires.

Des banques "agressives"

M. Lembrechts a annoncé vendredi que FNG ne serait plus en mesure de payer les salaires de ses employés à partir du 1er août, a indiqué samedi le syndicat. "Il se dit effrayé par l’agressivité inouïe des démarches entreprises par les banques. Celles-ci rendent particulièrement difficile la continuité au sein des chaînes belges de vêtements", écrit l’ACV Puls dans un communiqué.

Ce lundi matin, le tribunal malinois prononcera sans doute la faillite des filiales concernées. "Un curateur sera alors désigné, qui s’entretiendra à son tour avec les banques à propos du paiement des salaires. Mais pour ce premier week-end de soldes, il y a donc actuellement un problème", conclut Paul Lembrechts.

Toujours selon ACV Puls, FNG oblige pour le moment les employés à assurer leurs heures ce week-end, ce que dément M. Lembrechts. "Il ne s’agit pas d’une obligation. En tant qu’employeur, nous offrons la possibilité aux employés de venir travailler mais, nous avons insisté, leur absence n’est pas illégale." Le syndicat catholique a décidé de couvrir ses affiliés pour ce qu’il considère comme une grève. "Si les employés refusent de travailler gratuitement dans ces conditions, ils ont la possibilité de rester chez eux", indique Sven De Scheemaeker d’ACV Puls.