Le constructeur automobile américain Ford va présenter d'ici janvier un plan de restructuration qui s'accompagnera de suppressions d'emplois, notamment en Amérique du Nord, a indiqué jeudi son PDG Bill Ford. «J'ai demandé à ce que l'on me présente des recommandations en décembre et nous présenterons un plan complet de restructuration pour rétablir nos opérations en Amérique du Nord en janvier», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse téléphonique. «Ce plan comprendra des fermetures d'usines substantielles pour les sites qui n'entrent pas dans le cadre de notre stratégie pour l'avenir», a-t-il indiqué, sans livrer davantage de détails.

«Ce n'est pas un sacrifice qui sera demandé seulement aux membres de l'UAW (le principal syndicat du secteur automobile aux Etats-Unis) mais à l'ensemble des employés du groupe, du sommet à la base», a indiqué Bill Ford. Ford a annoncé jeudi pour le 3e trimestre une perte nette de 284 millions de dollars, soit 15 cents par action. Hors éléments exceptionnels, la perte est de 191 millions de dollars, soit une perte par action de 10 cents, essentiellement en raison de mauvais résultats en Amérique du Nord.

Les analystes tablaient sur une perte de 9 cents par action. Sur la période correspondante de l'année dernière, Ford avait dégagé un bénéfice net de 266 millions de dollars, soit 15 cents par action. «Même si ces résultats ne sont pas ce que nous souhaitons, il faut regarder l'ensemble de l'exercice annuel. Nous sommes toujours en bonne voie pour réaliser notre troisième année consécutive de bénéfices», a souligné le PDG de Ford.

Sur les neuf premiers mois de l'année, le bénéfice net est de 1,874 million de dollars, en baisse toutefois de près de 45 pc par rapport à la même période de l'année dernière. Les résultats trimestriels du constructeur ont été plombés par les mauvais résultats en Amérique du Nord, région qui a affiché une perte de 1,2 milliard de dollars, comparée à une perte de 481 millions au 3e trimestre de l'année précédente. «L'avenir est arrivé plus vite que nous ne le pensions en raison de la forte hausse des prix de l'essence», a déclaré Bill Ford. Le lancement de modèles hybrides devrait forcer Ford à modifier sa structure de production. (AFP)

© La Libre Belgique 2005