Le constructeur automobile américain Ford a accusé une perte de 1,2 milliard de dollars au premier trimestre, alourdi par de lourdes charges pour financer sa restructuration en Amérique du Nord.

Au total, le deuxième constructeur automobile américain a inscrit près de 2,5 milliards de dollars de provisions dans ses comptes, dont 1,7 milliard pour les indemnités de départ des employés concernés par la fermeture prévue de certains sites aux Etats-Unis.

Ford compte à terme supprimer 30000 emplois et fermer jusqu'à 14 usines, partiellement ou intégralement, pour mieux faire face à la concurrence des constructeurs asiatiques aux Etats-Unis, qui continuent de gagner des parts de marché.

Cette crise affecte également son concurrent General Motors, qui a lui aussi entamé une restructuration pour réduire la voilure aux Etats-Unis et qui avait annoncé jeudi une perte de 323 millions de dollars pour le premier trimestre.

Depuis l'annonce par Ford en janvier de cette restructuration, sept sites ont été officiellement identifiés pour être fermés.

A périmètre comparable, c'est-à-dire sans tenir compte de la provision pour restructuration, Ford a réalisé un bénéfice de 458 millions de dollars au premier trimestre, a-t-il souligné.

Le chiffre d'affaires a reculé de 9pc à 41,05 milliards, supérieur aux 39,67 milliards attendus par les analystes. Les revenus dégagés de l'automobile affichent une baisse de 6pc à 36,99 milliards.

La seule région Amérique du Nord, à l'origine des difficultés du constructeur, a déploré une perte avant impôts de 457 millions, contre un bénéfice de 664 millions au premier trimestre 2005.

La division financière de Ford, Ford Motor Credit, source de rentabilité pour le groupe, affiche un bénéfice avant impôts de 744 millions, contre 1,1 milliard un an auparavant. (AFP)

© La Libre Belgique 2006