Entreprises & Start-up

L'éditeur américain de jeux vidéo Activision Blizzard, propriétaire des titres "Call of Duty" ou "Candy Crush", a fait mieux que prévu au deuxième trimestre et promis aux gamers qu'ils verront bientôt du nouveau après une phase de transition.

L'entreprise a déjà annoncé que l'une de ses plus grosses franchise, le nouveau "Call of Duty: Modern Warfare" sortira le 25 octobre et que son mode multiplayer permettra à plus d'une centaines de joueurs de s'affronter. Mais les prévisions du groupe pour le 3eme trimestre ont fait reculer l'action parce qu'elles sont inférieures aux attentes des analystes.

Le groupe, qui avait prévenu que le semestre qui vient de s'écouler serait consacré à restructurer la société pour mieux la positionner sur un marché du jeu vidéo en pleine transformation, a enregistré un bénéfice net de 328 millions de dollars, en baisse par rapport au 2ème trimestre de l'année précédente mais très largement au-dessus des 214 millions de dollars attendus par les analystes.

"Notre deuxième trimestre a dépassé nos propres prévisions aussi bien en termes de chiffre d'affaires que de bénéfice par action", a remarqué Bobby Kotick, le PDG de l'éditeur.

"Au premier semestre nous avons donné la priorité à l'investissement dans nos principales franchises et dans la seconde partie de l'année notre audience va avoir une chance de voir et de goûter aux résultats initiaux de ces efforts", a-t-il ajouté.

Le chiffre d'affaires est également supérieur à ce que prévoyait Wall Street, à 1,396 milliard de dollars pour un peu moins de 1,2 milliard attendus par les spécialistes.

Quant au bénéfice par action il est ressorti à 43 cents, soit 19 cents de plus que ce que l'entreprise elle-même prévoyait d'engranger.

Les investisseurs ont hésité toute la soirée sur la direction à donner au titre, entre une chute de plusieurs pourcents juste après la publication des résultats et même un passage dans le vert.

Les projections de résultats financiers pour le 3e trimestre sont très inférieures aux attentes du marchés avec seulement 20 cents de bénéfice par action, soit la moitié de ce qu'espérait Wall Street et un chiffre d'affaires de 1,12 milliard contre 1,36 milliard espéré par les analystes.

Le secteur traditionnel des jeux vidéo est à la peine, sous la pression d'une concurrence accrue, venue notamment de jeux gratuits en ligne comme le carton planétaire Fortnite (Epic Games/Tencent), mais va aussi être bouleversé par l'arrivée de services de jeux en streaming.