Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour la même échéance prenait 33 cents à 72,83 dollars. Il avait touché la veille un plus haut depuis le 15 août, à 73,80 dollars.

"Selon les acteurs du marché, la hausse des derniers jours est due en grande partie à l'action des fonds d'investissement", ont estimé les analystes de la maison de courtage Sucden. Dopé par les craintes sur l'approvisionnement en essence aux Etats-Unis et la situation au Nigeria, le marché du pétrole semble en effet avoir attiré un afflux de spéculateurs s'attendant à de nouveaux records.

L'Agence internationale de l'Energie (AIE) a réitéré vendredi ses appels à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) à augmenter dès que possible sa production de brut pour corriger l'étroitesse de l'approvisionnement mondial en pétrole.