Fortis Banque a perdu, en 2008, environ 4,5% du total de ses dépôts d'épargne et investissements, soit un flux sortant net après correction boursière de quelque 6 milliards d'euros, a fait savoir Fortis en réaction à des chiffres parus vendredi dans L'Echo.

Selon L'Echo, qui cite un rapport de la Commission européenne, Fortis a été confronté à des retraits de 35,9 milliards d'euros entre le 29 septembre et le 3 octobre, au plus fort de la crise financière. Des chiffres que Fortis tient à nuancer. "On pourrait penser que l'épargnant belge a massivement retiré son argent, alors qu'en fait, moins de 10% l'a fait. Le montant de 35,9 milliards d'euros de retraits est attribuable seulement dans une très petite mesure aux clients de Fortis Retail Bank Belgique. Pour la plus grande partie, il s'agit de transactions dans les marchés internationaux et professionnels", a expliqué une porte-parole de Fortis.

Selon Fortis, cela se traduit par un flux sortant de 6 milliards d'euros. "Vu les circonstances, ce n'est en fait pas si mal. Nous avons également assisté à des glissements vers des bons de caisse ou des obligations. Entre-temps, nous voulons souligner que Fortis Banque est passée pratiquement entièrement dans les mains de l'Etat et que l'épargnant est en sécurité", ajoute la porte-parole.

Enfin, Fortis revient également sur le montant de près de 100 milliards d'euros qui, selon la Commission européenne, a été prêté par la Banque nationale de Belgique à Fortis au coeur de la tourmente financière et alors que le marché des prêts interbancaires était gelé.

"Ces 100 milliards d'euros sont en fait la somme de deux montants: un prêt de la Banque centrale européenne et un de la Banque nationale de Belgique. Depuis lors, le compteur auprès de la Banque nationale de Belgique est déjà revenu à zéro. Ce prêt a été remboursé", conclut la porte-parole de Fortis.