La CGSLB a demandé dimanche que les syndicats soient associés aux négociations sur l'avenir de Fortis et de Dexia. Le syndicat libéral dit dans un communiqué que la possibilité d'une nationalisation complète de Fortis par l'Etat belge a sa préférence "parce que cette option offre les meilleures garanties pour l'ensemble des parties concernées".

Le communiqué ajoute que pour la CGSLB garantir la préservation des emplois est primordial. "Quel que soit le futur de Fortis, l'institution aura besoin de l'ensemble de ses employés expérimentés et loyaux", dit le syndicat qui ajoute qu'il est vraiment très dommageable que les syndicats ne soient pas invités à participer aux négociations actuelles.

La CGSLB demande dès lors "urgemment que les syndicats puissent se joindre à la table des négociations. Ils doivent pouvoir participer à la réflexion en cours afin de garantir le bien-être des salariés au sein du nouveau groupe Fortis et afin d'éviter à tout prix un massacre social".

Le communiqué conclu en disant qu'en ce qui concerne Dexia, la CGSLB demande également de pouvoir participer aux négociations le plus vite possible.