Le ministre des Finances néerlandais Wouter Bos est "en contact régulier" avec son homologue belge Didier Reynders et les autorités bancaires néerlandaises sont "en relation étroite" avec leurs homologues belges au sujet de la banque Fortis, a-t-on appris samedi à La Haye. "Le ministre est régulièrement en contact avec M. Reynders", a indiqué un porte-parole du ministère des Finances, Jilles Heringa, à l'AFP. "Les autorités de supervision sont en relation étroite" avec leurs homologues à l'étranger, a-t-il ajouté.

A Bruxelles, une porte-parole du superviseur du secteur financier belge CBFA a indiqué samedi que "les autorités de contrôle, le CBFA et la BNB (Banque nationale de Belgique)" travaillent ensemble afin de "rétablir la confiance en Fortis".

"Je ne peux ni confirmer ni démentir" les rumeurs selon lesquelles une réunion de crise allait être organisée ce week-end entre les ministres Bos, Reynders et le président de l'Eurogroupe, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, a ajouté M. Heringa à La Haye. "Je ne peux vous dire s'il y aura une rencontre spéciale", a-t-il dit. Wouter Bos avait indiqué vendredi à l'issue du conseil des ministres hebdomadaires qu'il fallait "être réservé" sur la crise traversée par Fortis, tout en reconnaissant qu'il en suivait les développements avec attention.

Le bancassureur belgo-néerlandais est en pleine tourmente sur fond de rumeurs, démenties par sa direction, sur des problèmes de solvabilité. Le groupe a annoncé le départ d'un deuxième patron en moins de trois mois vendredi soir, après avoir tenté en vain de rassurer les marchés en se disant prêt à vendre 5 à 10 milliards d'euros d'actifs: l'action a plongé sur la journée de plus de 20%.