Les associations d'actionnaires de Fortis ADAF, Deminor, Euroshareholders, Modrikamen, Test-Achats ou encore la VEB maintiennent leur recommandation, essentiellement négative, à l'égard du vote que les actionnaires de Fortis sont appelés à émettre, lors de l'assemblée générale du 11 février, sur les transactions relatives au démantèlement de Fortis, ont-elles annoncé vendredi à l'issue d'une réunion.

Dans un communiqué, les associations d'actionnaires indiquent notamment être "profondément préoccupées" par l'existence de négociations entre la Belgique et la Chine et par les informations selon lesquelles le gouvernement belge aurait donné l'assurance aux autorités chinoises qu'un vote positif de Ping An le 11 février ne changerait rien à leurs demandes d'indemnisation.

"S'il apparaît que des compensations ou des garanties de n'importe quelle sorte ont été données, nous estimons qu'il s'agirait là d'une violation sérieuse du principe fondamental de l'égalité de traitement entre les actionnaires de Fortis. Nous condamnons fermement toute situation qui verrait un actionnaire être privilégié par rapport aux autres, spécialement dans les circonstances actuelles", indiquent dans un communiqué commun les associations d'actionnaires, tout en exigeant des "explications immédiates" à ce sujet.

Les associations d'actionnaires déplorent en outre "les contradictions" et "l'information de nature partiale" communiquées par Fortis ainsi que le manque d'informations détaillées sur les transactions litigieuses.

Les actionnaires regrettent enfin l'atmosphère créée par le gouvernement et Fortis quant aux conséquences des différents scénarios et ce, "afin d'influencer l'attitude des actionnaires de Fortis au cours de l'assemblée générale extraordinaire du 11 février". "Le gouvernement refuse toujours d'associer les actionnaires Fortis à tout discussion. Nous pensons qu'il est urgent de revoir cette position", ajoutent-ils.