Fortis préfère comparer son bénéfice net du 1 éme r semestre 2006, de 2,718 milliards d'euros, au bénéfice net hors résultat des cessions de la même période de 2005. Ce dernier s'élevait à 2,105 milliards d'euros, ce qui donne une hausse de 29,12 pc. Si l'on prend en considération les cessions dont tiennent compte les chiffres du 1er semestre 2005, la progression est ramenée à 6,67 pc.

Les comparaisons sont d'autant plus difficiles que le périmètre de Fortis évolue constamment car le groupe est en pleine expansion au niveau international. Jean-Paul Votron, l'administrateur délégué du bancassureur belgo-néerlandais, l'a rappelé hier en présentant ses résultats trimestriels: «Fortis devient de plus en plus international. 20 pc de notre bénéfice proviennent d'activités hors Benelux.» Dernière annonce d'acquisition en date: celle d'Etalon Life, la septième compagnie d'assurance en Ukraine.

Reste que pour l'heure, une bonne partie des revenus de Fortis provient encore du Benelux où le secteur bancaire reste en pointe des activités du groupe. Et c'est justement ce secteur qui a permis d'obtenir de bons chiffres. «Le résultat net de la banque affiche une hausse de 36 pc à 2,051 milliards d'euros, contre 1,503 milliard au 1 éme r semestre de l'année dernière», a souligné Gilbert Mittler, le directeur financier du groupe.

Dans ce secteur, l'ensemble des revenus enregistre une hausse de 22 pc, «grâce à un contexte commercial favorable à travers toutes les activités et toutes les sources de revenus», précise Fortis, qui cite notamment une hausse de 20 pc des produits d'intérêts nets, c'est-à-dire la différence entre les intérêts perçus (par exemple, ceux que la banque perçoit par le biais de prêts hypothécaires) et les intérêts bonifiés (par exemple, ceux que la banque verse sur les livrets d'épargne)...

Quant à la branche «assurance» de Fortis, elle a atteint un bénéfice net de 720 millions d'euros, contre 684 millions en 2005, soit une croissance de 5,26 pc. Le groupe envisage de revoir ses objectifs à long terme en mars 2007. «C'est probablement ce qui explique la hausse du cours (+2,68 pc à 29,12 euros, NdlR) car il semble clair que les objectifs financiers seront revus à la hausse», note Dirk Peeters, analyste chez KBC. Fortis versera un dividende intérimaire de 0,58 € par action le 7 septembre 2006.

© La Libre Belgique 2006