L'entreprise belge Galeria Inno passe à 100% sous giron autrichien, alors qu'elle battait déjà à 51% pavillon autrichien. La chaîne canadienne de grands magasins Hudson's Bay Company (HBC), également appelée La Baie, a en effet conclu un accord de 1,5 milliard de dollars canadiens (1 milliard d'euros) pour la vente de sa participation dans une coentreprise en Allemagne, au sein de laquelle était logée Galeria Inno, à son partenaire autrichien Signa. La chaîne belge faisait partie de l'entité allemande Galeria Karstadt Kaufhof, gérée à 51% par Signa et à 49% par les Canadiens.

En 2001, Inno, qui faisait jusque-là partie du groupe belge GB Inno BM (GIB), a été racheté par l'Allemand Kaufhof qui l'année suivante lancera le changement de nom en Galeria Inno, rappelle le journal L'Echo.

Le retrait de HBC du marché allemand doit permettre au groupe "de concentrer exclusivement ses ressources à ses opérations en Amérique du Nord" et sur ses actifs offrant "les meilleures opportunités de croissance, soit Saks Fifth Avenue et La Baie", a expliqué sa patronne Helena Foulkes dans un communiqué publié lundi.

L'accord avec Signa intègre cependant la reprise par HBC de 50,01% de Hudson's Bay Netherlands, aux Pays-Bas, une société pour laquelle La Baie indique "examiner les options" car les ventes "ne sont pas à la hauteur des attentes". Plusieurs mesures sont prévues dans l'immédiat dont "la fermeture de certains magasins" de cette entité.

Une transaction bouclée à l'automne.

Comme plusieurs acteurs de la distribution, La Baie, doyenne des entreprises en Amérique du Nord créée en 1670 pour le commerce des fourrures avec les autochtones, est frappée de plein fouet par l'essor des géants du commerce en ligne comme Amazon.

Un groupe d'actionnaires de la chaîne canadienne de grands magasins détenant 57% des parts a par ailleurs fait lundi une proposition de 1,7 milliard de dollars canadiens (1,1 milliard d'euros) pour retirer l'entreprise de la cote. La Baie a annoncé la mise en place d'un comité indépendant pour examiner l'offre de 9,45 dollars par action, soit une prime de 48% par rapport au cours de clôture du titre vendredi.