L’action de Gameloft, éditeur de jeux vidéo sur mobiles, a très lourdement chuté hier à la Bourse de Paris après avoir annoncé un chiffre d’affaires pour 2009 légèrement inférieur aux attentes. A la clôture du marché parisien, le titre perdait 11,28 % à 3,46 euros, dans un marché un peu déprimé il est vrai. En effet, la place boursière parisienne a retourné sa tendance en cours de journée pour terminer sur un score négatif d’un demi pourcent de son indice phare, le CAC 40.

Un choc pour les actionnaires, mais il faut se souvenir que ce titre a doublé sa valeur depuis janvier 2008 (+114%).

De très mauvais chiffres ? Non, en fait Gameloft a annoncé mardi soir avoir réalisé un chiffre d’affaires en hausse de 11 % en 2009, à 122 millions d’euros. Le consensus cité par le courtier Aurel tablait sur 124 millions d’euros.

L’activité jeux mobiles, qui représente 94 % du chiffre d’affaires, a progressé de 12 % grâce notamment au succès massif des jeux sur l’App Store d’Apple. Au quatrième trimestre, le chiffre d’affaires iPhone a ainsi atteint 7 millions d’euros, en hausse de 115 % et très largement au-dessus des attentes initiales de 4,4 millions d’euros. "Si les jeux consoles font légèrement mieux et ceux sur l’App Store sont particulièrement bons, en revanche, l’activité Java-Brew - qui représente 72 % du chiffre d’affaires au quatrième trimestre - est en forte baisse", souligne Brice-François Thébaud, analyste chez Aurel ETC Pollak.

Après un très bon premier semestre et troisième trimestre, Gameloft a connu une chute de 6 % de ses revenus au quatrième trimestre, à 31,8 millions d’euros. Cette baisse est "liée à l’arrêt en janvier 2009 de l’activité jeux boîtes sur consoles et à la baisse du dollar" : à périmètre d’activité comparable et à taux de change constant, les revenus progressent de 7 %, a encore précisé le groupe.

"La rentabilité de la société devrait comme prévu progresser de façon significative avec une marge opérationnelle avant stock options attendue entre 8 % et 9 % sur l’exercice 2009 comparé à 3 % en 2008", a ajouté Gameloft, qui anticipe un exercice 2010 "à nouveau en croissance tant au niveau de son chiffre d’affaires que de sa rentabilité". Mais toujours soumis au problème de l’évolution des devises.

Qu’en pensent les analystes? Compte tenu de la parité euro/dollar, qui représente 50 % du chiffre d’affaires et des coûts, l’analyste d’Aurel abaisse son estimation de ventes pour 2010 à 131,7 millions d’euros et recommande désormais de "conserver" le titre et non plus de l’"acheter". (AFP)