L'annonce du mégacontrat décroché par EADS (maison-mère d'Airbus) aux USA en partenariat avec l'américain Northrop Grumman sonne comme une bonne surprise pour les industriels belges du secteur aéronautique. Partenaire de l'avionneur européen depuis des années sur divers programmes, le consortium Belairbus a déjà une idée sur les retombées financières que la commande, du moins dans sa première phase, aura pour les entreprises qui le composent : entre 200 et 250 millions de dollars. "Nous ne pouvons que nous réjouir de ce contrat dont les retombées sont, pour l'instant, évaluées à près 200 millions de dollars pour Belairbus. C'est une garantie d'emplois à long terme pour l'industrie aéronautique belge" , nous a confié Christian Boas, administrateur délégué de l'entreprise Asco (mécanismes des bords d'attaques, systèmes de rétractation des trains d'atterrissage, etc.), basée à Zaventem et membre de Belairbus. Le contrat d'EADS vient conforter les bonnes prévisions d'Asco pour les années à venir. L'entreprise a réalisé un chiffre d'affaires de près de 220 millions d'euros en 2007, en hausse d'environ 20 pc par rapport à 2006. Pour 2008, elle mise sur une augmentation de ses rentrées de 25 pc et prévoit d'engager environ 200 travailleurs supplémentaires. Elle portera ainsi l'effectif de son personnel à 1 300 personnes dont un millier en Belgique (contre actuellement 850 travailleurs à Zaventem).

Autre partenaire de Belairbus, la Sonaca (Gosselies) se réjouit aussi de la performance d'EADS. "C'est une bonne nouvelle dont on peut chiffrer les retombées à environ 250 millions de dollars étalés sur plusieurs années pour Belairbus. Elle vient conforter le programme de l'A330 auquel les entreprises participent et qui va courir sur plus d'années que nous ne l'espérions", renchérit Pierre Sonveaux, président du conseil d'administration de la Sonaca (bords d'attaques). En effet, l'avion ravitailleur de la paire EADS/Northrop Grumman n'est qu'une déclinaison de l'A330 classique, mais avec des innovations technologiques conséquentes. Ce nouveau contrat, s'il n'est pas contesté par un recours de Boeing, permettra aux entreprises belges de compenser le manque à gagner généré par la dépréciation du dollar par rapport à l'euro, elles qui vendent en dollars alors qu'elles ont leurs coûts en euros. Belairbus a réalisé un chiffre d'affaires de 212 millions d'euros en 2007, en baisse de 11,66 pc par rapport à 2006 et réparti comme suit : 54 pc pour la Sonaca, 40 pc pour Asco et 6 pc pour Eurair.