Phytofar, l'association réunissant les producteurs d'herbicides, a déposé un recours au Conseil d'Etat en vue d'obtenir l'annulation de l'arrêté royal du 16 septembre 2018 interdisant la vente d'herbicides de synthèse aux particuliers, rapporte L'Echo, mardi. 

La vente d'herbicides totaux composés de glyphosate est interdite aux particuliers depuis le 6 octobre. Mais Phytofar ne l'a jamais caché: elle conteste le bien-fondé de l'interdiction. Elle l'avait signalé lors de l'adoption de l'arrêté royal il y a quatre mois.

Le glyphosate est suspecté d'être cancérigène. Si l'Union européenne n'a pas statué sur la question, les Régions wallonne et bruxelloise, ainsi que le gouvernement fédéral belge, se sont positionnés en pointe sur ce dossier, en basant leurs mesures de limitation ou d'interdiction sur des raisons de santé publique et sur le principe de précaution.

Phytofar juge cet argumentaire abusif et dénonce le cavalier seul de la Belgique par rapport à l'Union européenne.