Le milliardaire américain Kirk Kerkorian, actionnaire de General Motors (GM), a plaidé vendredi pour une alliance avec le Japonais Nissan et le Français Renault, une suggestion bien reçue par Wall Street qui y voit un moyen de sortir le numéro un mondial de l'automobile de la crise.

La société Tracinda de M. Kerkorian, qui détient 9,9pc de GM, et compte un représentant à son conseil d'administration, a demandé au constructeur américain d'étudier la possibilité de prendre «une importante participation minoritaire» dans ce partenariat franco-nippon. Tracinda a exprimé ses souhaits auprès du gendarme américain de la Bourse (SEC), auquel ont été transmises des copies de lettres envoyées ce jour au PDG de Nissan-Renault, Carlos Ghosn, et à celui de GM, Rick Wagoner.

Dans sa lettre à M. Wagoner, Tracinda écrit «avoir compris que Renault et Nissan étaient réceptifs à l'idée d'inclure GM dans leur partenariat et de faire prendre à GM une importante participation minoritaire» dans leur capital.

Renault et Nissan sont partenaires depuis 1999 via un système de participations croisées, le premier détenant 44pc du second tandis que le japonais possède 15pc du français.

GM a réagi en affirmant «n'avoir reçu aucune offre ni proposition» du duo franco-nippon sur une éventuelle intégration de leur alliance. «La requête de Tracinda va être prise en considération par le conseil d'administration de General Motors. A ce stade, nous n'avons pas de commentaires supplémentaires à faire», a ajouté GM. Tracinda a aussi expliqué avoir demandé au conseil de GM de «former une commission pour explorer immédiatement et sous tous ses aspects, avec la direction, le fait de participer à l'alliance-partenariat entre Renault et Nissan». «Comme nous l'avons récemment évoqué avec M. Ghosn, Tracinda pense que General Motors, Renault et Nissan devraient explorer une alliance fondée sur le partenariat entre trois groupes» ce qui les renforcerait face à la concurrence «dans une industrie mondiale de plus en plus difficile», a poursuivi Tracinda. (AFP)

© La Libre Belgique 2006