Le premier constructeur automobile américain General Motors a annoncé lundi qu'il allait supprimer au moins 25000 emplois et fermer des usines pour tenter de réduire les fortes pertes subies au trimestre. L'Europe ne devrait pas être touchée par ces nouvelles pertes d'emplois, a-t-on indiqué du côté du site d'Opel à Anvers.

«D'ici 2008, GM s'engage à utiliser ses usines à 100 pc de leurs capacités voire plus afin de réduire les coûts de structure. Cela signifie que le groupe devra fermer d'autres usines de composants et d'assemblage et réduire ses effectifs de 25000», a expliqué le groupe dans un communiqué.

GM, qui avait déjà annoncé en juin la suppression de 25000 emplois pour économiser 2,5 milliards de dollars par an d'ici 2008, a seulement indiqué lundi qu'il annoncerait «d'ici la fin de l'année» les détails de cette nouvelle restructuration.

Une fois cet accord finalisé, GM compte économiser quelque 15 milliards de dollars sur les prestations santé de ses employés retraités, mais n'a pas précisé à quelle échéance. Les dépenses de santé des employés actuels seront réduites de 3 milliards de dollars par an, est-il aussi précisé.

Au total, restructuration et économies sur la facture santé devraient permettre au groupe de réduire ses coûts fixes à un rythme de 5 milliards de dollars par an d'ici la fin 2006, a indiqué le groupe. Le leader mondial de l'automobile a publié une perte nette de 1,6 milliard de dollars au troisième trimestre, contre un bénéfice de 440 millions de dollars un an plus tôt. A la Bourse de New York, l'action GM s'envolait à la mi-journée de 10pc.

© La Libre Belgique 2005