Ballekes brabançonnes, côte de porc Piccalilly, purée de crevettes grises à la sauce échalote, dés de porc à la Westmalle, carbonades à la flamande à la bière brune, filet de poulet à la crème à l’estragon La liste est longue et savoureuse. Où trouver toutes ces bonnes choses ? Dans les rayons frais des magasins Delhaize. Fourchette de prix : entre 5 et 7 € environ.

L’aventure a débuté en 1998 avec les recettes du restaurant Max à Liège. Des plats préparés sur base de recettes de chefs, de grands chefs souvent, avec leur signature sur la boîte. Vendus, sans complexe, dans la grande distribution.

Le principe : le chef propose une recette. "Nous déterminons alors si cela nous intéresse", explique Leen Danhieux, acheteuse plats préparés chez Delhaize. "Ensuite, notre fournisseur, Hot Cuisine, le traduit au niveau industriel. Le chef doit approuver le résultat, améliorer, le cas échéant, l’un ou l’autre élément. Quand il est satisfait, la recette finalisée revient chez nous et est soumise à une série de contrôles." La production est réalisée dans l’usine de Hot Cuisine, à Gand.

En 2000, Pierre Wynants, du Comme chez Soi, 3 étoiles Michelin à l’époque, est le premier - très - grand chef à afficher la couleur avec quatre préparations brabançonnes, dont le pot-au-feu alostois. "Delhaize avait pris contact avec moi dès 1995 pour ce projet mais, à l’époque, celui-ci n’a pas abouti, car je n’étais pas encore aidé comme je l’ai été ensuite depuis l’arrivée de mon beau-fils, Lionel Rigolet", explique Pierre Wynants. "L’entrée de Pierre Wynants a soutenu les ventes", assure Leen Danhieux. "Cela a donné confiance aux consommateurs." De son côté, n’est-ce pas un peu risqué pour un grand chef, a fortiori un 3 étoiles, de se retrouver dans les rayons d’un supermarché ? "On a beaucoup réfléchi et on s’est renseigné", rapporte Pierre Wynants. "Hot Cuisine était la meilleure fabrique pour réaliser ce type de produits. Elle arrivait d’ailleurs en tête d’un classement établi en la matière par Test-Achats. Et on a goûté ce qui avait déjà été fait, notamment en France. On s’est rendu compte qu’on pouvait améliorer les assaisonnements, les goûts et le rapport qualité-poids-prix. Et si cela peut faire plaisir à ceux qui n’ont pas la possibilité de venir au "Comme chez Soi", pourquoi pas ?"

Au fil des ans, le chef a fait une vingtaine de recettes pour Delhaize, dont une dizaine est encore en rayon à l’heure actuelle et la dernière date de l’an dernier. "On a commencé avec des plats et produits à caractère belge et dans un second temps, on a pensé à ce qui plairait le plus aux clients. En se basant toujours sur des produits qui n’étaient pas trop chers", déclare Pierre Wynants, qui précise être payé au pourcentage en fonction de ce qui est vendu.

"De notre côté, nous recherchons des chefs créatifs, populaires; d’autres viennent aussi spontanément vers nous", raconte Leen Danhieux. Au fil des ans, les grands noms se sont succédé. Yves Mattagne (Seagrill à Bruxelles, 2 étoiles Michelin) accompagna Pierre Wynants dès 2000. Vinrent ensuite, notamment, Peter Goossens (Hof van Cleve à Kruishoutem, 3 étoiles Michelin) en 2003, et Bart Desmidt (Bartholomeus à Knokke, 1 étoile Michelin) l’année suivante. Il y eut aussi des incursions hors des frontières, notamment en Provence et en Italie (encore des 2 étoiles Michelin), au Portugal (1 étoile) et en Allemagne. Au final, des plats d’ici et d’ailleurs et un assortiment qui change régulièrement. Le distributeur ajoute de nouveaux produits ou retire ceux qui marchent moins bien. "Nous sommes régulièrement en contact avec les chefs pour sortir de nouvelles recettes", note l’acheteuse.

En 2008, ce sont près de trois millions de plats préparés par des chefs qui ont été vendus. Depuis le début de l’aventure, la croissance est chaque année au rendez-vous. "La crise a un petit impact au niveau des plats les plus onéreux, surtout ceux qui contiennent du poisson, car on utilise du poisson frais", dit encore l’acheteuse. "Je pense cependant que nous allons maintenir les trois millions cette année."