Epilogue en vue dans le dossier de nomination de deux nouveaux directeurs généraux au sein du comité de direction de la SNCB-Holding, maison-mère de l’opérateur SNCB et du gestionnaire d’infrastructure, Infrabel. Selon nos informations, le point serait bien inscrit à l’ordre du jour du conseil d’administration du 26 août, qui se réunira dans la foulée du comité de nomination et de rémunération qui aura au préalable arrêté son choix. Mais deux noms émanent des nombreux candidats auditionnés par le bureau de chasseur de têtes, Korn/Ferry : Michel Bovy et Sven Audenaert.

Etiqueté CD&V, le premier, cheminot de son état, a été durant près de vingt ans patron de la CSC-Transcom, l’un des deux syndicats reconnus au sein du groupe. Il devrait hériter du poste de directeur de la stratégie et de la coordination du groupe, en lieu et place d’Alex Migom, aussi étiqueté CD&V qui part à la retraite. En 2007, Michel Bovy abandonne la présidence de la CSC-Transcom et retourne à la SNCB occuper la fonction de "general manager", en charge des achats et du personnel de l’opérateur ferroviaire. Mais il n’y restera pas longtemps, il quittera rapidement la SNCB pour un poste de chef de cabinet adjoint de la ministre des Entreprises publiques, Inge Vervotte (CD&V), puis de son successeur Steven Vanackere (CD&V) avant de revenir chez la première. Début 2011, il quitte le cabinet Vervotte pour retrouver son poste de 2007 à la SNCB. Quand il est entré dans la course pour une fonction de direction à la SNCB-Holding, des sources proches du dossier lui prêtaient l’intention de briguer le poste de directeur des ressources humaines (DRH), une éventualité qui était mal perçue vu son passé syndicaliste.

Le second, dont le nom circule avec insistance pour remplacer Tony Van den Berghen (SP.A et retraité cette année) comme DRH de la SNCB-Holding n’est autre que le frère de Glenn Audenaert, l’actuel directeur de la police judiciaire fédérale de Bruxelles. Etiqueté SP.A, Sven Audenaert (Université de Gand) affiche surtout une solide expérience en matière de relations sociales. Il est, depuis 2007, vice-président en charge des relations de travail de Belgacom après avoir été directeur de ce même département pendant dix ans (1997-2007). Il a également été directeur des ressources humaines de l’opérateur télécom pendant cinq ans (1992-1997). Il a travaillé dans un cabinet ministériel (Entreprises publiques) entre 1988 et 1992. C’est donc un expert des relations sociales, rodé aux négociations avec les syndicats qui s’apprête à faire son entrée au comité de direction de la SNCB-Holding.