Les passagers d'un vol direct en provenance de l'un de ces pays à haut risque sont désormais acheminés vers le terminal 3 de l'aéroport. De cette façon, il n'y a pas de mélange avec des passagers de pays à moindre risque.

Il y a 43 pays sur la liste rouge britannique, mais actuellement les vols directs ne sont possibles qu'à partir de certains d'entre eux, comme le Bangladesh, l'Inde, les Philippines, le Kenya et le Pakistan.

Toute personne ayant séjourné dans un pays rouge dans les 10 jours précédant son arrivée au Royaume-Uni doit passer 11 jours dans un hôtel de quarantaine. Cela coûte 1 750 £ (environ 2 000 €).

La décision de séparer les passagers des zones rouges est bien accueillie par le syndicat GMB. Le syndicat avait précédemment mis en garde contre les "goulets d'étranglement" à l'aéroport, où les gens devaient faire la queue pendant longtemps et où le risque d'une éventuelle contamination était plus élevé. Même si l'aéroport lui-même a souligné que le risque était de toute façon limité, en raison des tests Covid-19 et de la ventilation obligatoires.

C'est la première fois que le terminal 3 est bridé depuis avril 2020. À l'époque, le bâtiment a été fermé pour réduire les coûts, le nombre de voyageurs ayant été décimé en pleine pandémie.