Le géant suédois de l’habillement H&M a annoncé jeudi un bénéfice net en hausse de 4 %, proche des attentes des analystes pour son troisième trimestre décalé, malgré des ventes affectées par la baisse de la consommation et les soldes de la concurrence. Hennes&Mauritz, qui a fondé son succès sur la mode à bas prix, annonce qu’il augmente de 225 à 240 le nombre de magasins qu’il prévoit d’ouvrir cette année, principalement aux Etats-Unis et dans l’ouest de l’Europe, après des ventes trimestrielles jugées médiocres, notamment en août.

Entre juin et août, le bénéfice net s’est élevé à 3,46 milliards de couronnes suédoises (342 millions d’euros), contre 3,325 milliards sur la même période l’an passé, annonce le numéro 3 mondial du secteur dans son rapport financier trimestriel.

Le bénéfice opérationnel a progressé de 7,7 % à 4,7 milliards. Sur le seul troisième trimestre, le bénéfice imposable est un peu plus élevé que prévu par les analystes, à 4,77 milliards de couronnes suédoises (471,7 millions d’euros), contre 4,59 milliards de couronnes un an plus tôt et 4,75 milliards attendus.

Le chiffre d’affaires a augmenté de 13 % à 23,55 milliards de couronnes, légèrement moins que prévu par les analystes, qui tablaient sur des ventes de 24,21 milliards, selon un consensus réalisé par l’agence Dow Jones. Mais à périmètre constant (hors nouveaux magasins), les ventes ont reculé de 6 %, indique H&M.

Hennes&Mauritz indique que "la faiblesse des ventes est principalement due à la poursuite de la récession avec une consommation réduite, une forte concurrence sur les prix et une chaleur inhabituelle dans de nombreuses parties de l’Europe à la fin du trimestre".

Le groupe suédois, troisième mondial derrière l’américain Gap et l’espagnol Inditex (Zara), explique que "les soldes d’été se sont écoulées rapidement, entraînant de moindres soldes pour H&M en août comparé au marché en général", ce qui a pénalisé les ventes lors du dernier mois du trimestre.

En août, les ventes ont baissé de 3 %, et de 11 % à périmètre constant. H&M reconnaît avoir été "trop prudent" plus tôt dans l’année dans ses prévisions de vente de sa collection d’été pour le trimestre, "ce qui a eu un impact négatif sur les ventes, notamment en août", les stocks étant trop faibles pour attirer le chaland avec d’importantes remises.

"Durant la récession, les clients sont plus attirés par les soldes", relève encore H&M. Il s’agit des premiers résultats du géant suédois depuis l’arrivée aux manettes de Karl-Johan Persson, petit-fils du fondateur et actionnaire majoritaire du groupe, qui est seulement âgé de 34 ans. Au dernier trimestre, H&M prévoit d’ouvrir 150 magasins et d’en fermer 12, "principalement aux Etats-Unis, en France, en Allemagne, au Royaume-Uni et en Italie". Au 31 août, H&M avait 1840 magasins dans 27 pays. (AFP)