Entreprises & Start-up

Ce n’est jamais de gaieté de coeur que l’on écrit un éloge funèbre, mais il y a des disparitions qui laissent un goût plus amer que d’autres. C’est, par exemple, le cas de celle de Saab, une marque à part dans la longue histoire de l’automobile. Le musée Autoworld, à Bruxelles, lui rend hommage pendant trois semaines, du 13 janvier au 5 février 2017.

La société Saab Automobile, petit constructeur suédois à ne pas confondre avec Saab Technologies dont il est séparé depuis 1990, a été créée en 1947, il y a 70 ans, mais n’a présenté sa toute première voiture, la Saab 92, en juin 1949. Grâce à la très nombreuse communauté des fanatiques de la marque à travers la Belgique et le monde, le musée Autoworld peut organiser cette exposition qui retracera quelques grandes étapes du parcours de ce constructeur aujourd’hui totalement disparu.

UNE HISTOIRE MARQUÉE PAR LES INNOVATIONS !

Les origines aéronautiques de Saab (acronyme de Svenska Aeroplan Aktiebolaget) ont très largement contribué à faire de la petite marque suédoise un pionnier dans de nombreuses innovations appliquées à l’automobile. Déjà, le profil très aérodynamique des voitures Saab a, dès le début, puisé ses racines dans l’aviation. Les premiers ingénieurs de la marque provenaient d’ailleurs tous de la division aéronautique et la légende prétend que, si tous volaient régulièrement, deux d’entre eux seulement possédaient un permis de conduire! On raconte aussi que les premières voitures furent peintes en noir parce que l’usine en possédait un stock très important à la suite d’une erreur de commande. Il serait trop long de détailler, ici, toutes les innovations introduites par les ingénieurs de Saab au cours de sa trop courte histoire. Retenons, par exemple, qu’en 1958, la Saab GT 750 est la première voiture à être équipée de série de ceintures de sécurité à 2 points (juste avant la Volvo Série 120 qui sera dotée, elle, d’une ceinture à 3 points), équipement qui sera généralisé sur toute la gamme à partir de 1962. Saab inventera également l’allumage automatique des phares (1969), les pare-chocs auto réparateurs (1971), la protection contre l’impact latéral (1972), le filtre à pollen (1978), les plaquettes de frein sans amiante (1983), le marquage des pièces en plastique en vue du recyclage (1989), l’air conditionné sans CFC (chlorofluorocarbures) (1992), les appuis-tête actifs anti-coup du lapin SAHR (1996) et les sièges ventilés (1997), entre autres. Saab donnera également un coup de fouet à la technologie du moteur turbo en l’introduisant en grande série dès 1978. Stig Blomqvist fut le premier à offrir une victoire à une voiture turbo (la Saab 99) en championnat du monde des rallyes, au Rallye de Suède, en 1979, avant de s’imposer en Belgique, aux Boucles de Spa (championnat d’Europe), en 1980, notamment, avant de rejoindre ensuite l’équipe officielle Audi Quattro. Le 21 juin 2016, c’est donc tout récent, NEVS renonce définitivement à utiliser le nom de Saab pour ses produits qui seront vendus sous le nom de NEVS. Saab disparaît à jamais de la scène automobile, mais pas de l’histoire.

UNE IMAGE CRÉÉE PAR LES RALLYES !

Revenons à des souvenirs plus amusants, la marque Saab occupant une place à part dans notre esprit. À titre personnel, nos premiers contacts avec la marque Saab date du début des années soixante, lorsque cette petite voiture au profil très inhabituel pour l’époque faisait la nique à des sportives plus sophistiquées et plus connues sur les routes des plus grands rallyes de l’époque. Le bruit de crécelles de son moteur et, surtout, la stature imposante (tant en taille qu’en poids, plus de 2 mètres et largement plus de 100 kilos) de son pilote officiel, Erik Carlsson, ne sont sans doute pas étrangers à cet intérêt que manifestait l’adolescent que nous étions alors. Par la suite, à de multiples occasions lors de notre carrière journalistique, nous avons eu le plaisir de vivre quelques belles émotions lors d’expéditions sur des lacs gelés et des routes verglacées dans le Nord de la Suède, de la Finlande ou de la Russie aux côtés d’Erik qui occupait aussi le poste des relations publiques pour Saab. Dès 1955, alors que la première voiture Saab n’était sortie de chaînes que 6 ans plus tôt, animée par un petit moteur 2 temps à deux cylindres d’origine DKW avec une boîte de vitesses à 3 rapports qui entraînait les roues avant, Erik Carlsson, marié à Pat Moss, la plus jeune soeur du champion anglais Stirling Moss, remportait son premier rallye sur une 92. À la 93 qui lui succéda, il offrit des victoires au Rallye des 1000 Lacs, au Rallye de Suède et au Rallye d’Allemagne. Avec la 96, il remporta ensuite le Rallye de Grande-Bretagne (RAC) à deux reprises, le Rallye de l’Acropole, le Rallye de Monte-Carlo à deux reprises et le Rallye de San Remo. Son palmarès compte encore plusieurs places d’honneur à l’East African Safari et au Marathon Liège-Rome-Liège. Tout cela contribua à créer une image très positive aux Saab, Erik Carlsson (à qui l’on doit la technique de freinage du pied gauche) ouvrant la voie à une belle lignée de champions suédois : Stig Blomqvist et Per Eklund, entre autres. C’est surtout cela que l’exposition du musée Autoworld remet en valeur dès ce vendredi 13 janvier...

© archives Saab

Vous comptez acheter une nouvelle voiture ? Vous trouverez sur www.manouvellevoiture.be un guide complet des informations importantes à savoir avant d’effectuer votre achat.