Entreprises & Start-up

Honda a annoncé vendredi un plongeon de 30% de son bénéfice net au premier trimestre 2019/20 sur un an, un mauvais départ qui l'a conduit à réviser négativement ses prévisions annuelles, comme l'a aussi fait son concurrent Toyota.

Entre avril et juin, Honda, l'un des fabricants les plus renommés de voitures et surtout de deux-roues, a dégagé un gain net de seulement 172,30 milliards de yens (1,4 milliard d'euros), contre 244 milliards de yens un an plus tôt.

Ses ventes ont reflué de 0,7% sur un an à 3.996 milliards de yens et sa rentabilité s'est dégradée, son bénéfice opérationnel abandonnant 16% à 252,5 milliards de yens.

Dans un communiqué, le groupe invoque les effets de changes conjugués à des ventes amoindries dans différentes activités, notamment celles des deux-roues en Inde et des automobiles aux Etats-Unis.

Le fabricant des berlines Civic et Accord, ou encore du 4x4 CR-V, a écoulé 1,32 million de voitures dans le monde sur le trimestre, un peu plus qu'un an plus tôt, mais seulement 4,9 millions de scooters, motos et autres deux-roues, soit 430.000 de moins qu'à la même période 2018.

Honda est par ailleurs à la peine en Europe, où il avait annoncé en février la fermeture en 2021 de son usine de Swindon au Royaume-Uni, la seule du groupe sur le Vieux-Continent.

Pour l'intégralité de l'exercice en cours qui sera clos le 31 mars 2020, Honda, également connu pour son petit avion privé HondaJet qui rencontre un grand succès, s'attend désormais à un bénéfice net de 645 milliards de yens, inférieur de 20 milliards à celui qu'il escomptait précédemment, soit néanmoins une progression de 5,7% sur un an.

Ses recettes devraient fléchir de 1,5% à 15.650 milliards de yens. Elles étaient auparavant attendues à 15.700 milliards.

Honda espère cependant que ses ventes de deux-roues se redresseront sur les trois trimestres restants. Il a d'ailleurs augmenté un peu sa prévision annuelle de ce côté, à 20,35 millions d'unités contre 20,25 millions. En revanche, il a corrigé à la baisse l'estimation pour les automobiles, à 5,11 millions au lieu de 5,16 dans la précédente évaluation.