L'action Cathay Pacific a cédé près de 10 % à la Bourse de Hong Kong ce jeudi après l'annonce par la compagnie aérienne d'une émission obligataire d'un montant de 6,7 milliards de dollars de Hong Kong (710 millions d'euros) destinée à combler son manque de trésorerie.

Cette émission d'obligations s'étalera sur cinq ans, à maturité février 2026. Elles pourront être converties en actions avec une prime de 30 % sur le cours de clôture de mercredi. Son titre a perdu jeudi pendant la séance 0,64 HKD, soit 9,71 % à 5,95 HKD.

1 milliard de perdu chaque mois

La compagnie aérienne, qui comme toutes ses semblables à travers le monde est durement frappée par la pandémie de Covid-19, voit sa trésorerie s'évaporer à hauteur de 1 à 1,5 milliard de dollars de Hong Kong par mois. Ses dirigeants craignent une nette aggravation des difficultés en raison du renforcement des mesures de quarantaine récemment imposées par les autorités de Hong Kong aux passagers et membres d'équipage arrivant sur le territoire.

Actuellement, la plupart des voyageurs arrivant à Hong Kong doivent s'isoler pendant trois semaines dans des hôtels dédiés, une mesure draconienne à laquelle échappent pour le moment les membres d'équipage et les autres travailleurs essentiels du secteur logistique. Mais le territoire envisage désormais d'imposer aussi une quarantaine de deux semaines à tous les membres d'équipage des vols commerciaux et cargo long-courrier.


Lundi, Cathay Pacific avait estimé qu'un tel durcissement des mesures lui ferait perdre entre 300 et 400 millions de dollars de Hong Kong supplémentaires chaque mois et réduirait des deux tiers son nombre déjà limité de vols.

La compagnie avait dévoilé début juin un plan de recapitalisation de 39 milliards HKD (4,2 milliards d'euros) porté notamment par le gouvernement hongkongais qui avait consenti à cette injection inédite pour lui éviter la faillite pure et simple.

Les analystes avaient alors estimé que cela lui permettrait de tenir une quinzaine de mois. Mais l'annonce de jeudi montre qu'elle continue de voir ses revenus baisser alors que les compagnies aériennes mondiales sont malmenées par la pandémie.

Baisse de 98 % des passagers transportés

Cathay Pacific, qui a longtemps été un fleuron asiatique du transport aérien, a fermé l'an dernier sa filiale Cathay Dragon, qui effectuait des vols court et moyen courriers en Asie, et licencié 6 000 personnes.

En moyenne, depuis avril, le groupe a transporté 98 % de passagers en moins par rapport à la période précédent la pandémie.

En décembre, qui est généralement la haute saison, Cathay n'a transporté que 1 290 passagers par jour, la plupart des vols n'étant remplis qu'à hauteur de 18 %.

Avant même la pandémie, Cathay avait été miné par la crise politique à Hong Kong, des mois de manifestations en 2019 qui avaient considérablement réduit le nombre de passagers, en particulier en provenance de Chine continentale, marché pourtant crucial.

La compagnie avait également subi les foudres de Pékin en raison du soutien de certains employés à la mobilisation pro-démocratie. Avant même que le coronavirus ne frappe, les comptes de Cathay Pacific étaient dans le rouge.