Amusante étude que celle effectuée par la section belge du Centre européen des consommateurs (CEC) sur les prix pratiqués par le groupe Ikea en Belgique, aux Pays-Bas, en France, en Allemagne et au Royaume-Uni. Et étonnants en sont les résultats publiés jeudi matin. Le panier de 20 produits différents proposés dans le catalogue 2009-2010, allant du fauteuil en cuir à une peluche, en passant par une table, une armoire, un lit, une chaise, une cuisine, une lampe et un bougeoir, passe de 4036 € (en Belgique) à 3297 € (en France). Soit un différentiel de 22,4 %. Les consommateurs belges paient également plus que les Britanniques (3325 €), les Allemands (3363 €) et les Néerlandais (3775 €).

Sur certains produits, la différence est minime. Sur d’autres, elle peut aller du simple au double. Le modèle de base de la cuisine Faktum Ädel bouleau coûte 1099 € chez nous (en 240 cm) et 535 € dans l’Hexagone (en 180 cm). La chaise Ingolf est, dans les magasins belges, 56 % plus onéreuse qu’au Royaume Uni. La bibliothèque Expedit coûte 22 % moins aux Pays-Bas La Belgique ne l’emporte en prix bas qu’avec la chaise pour enfant Antilop et la peluche Fabler Grodza.

Côté restaurant, elle n’est pas mieux servie : le petit déjeuner est deux fois moins cher aux Pays-Bas et en France. Même les fameuses boulettes suédoises sont plus "salées" en Belgique, bien que la différence soit moins importante, indique le CEC Belgique.

Le géant de l’ameublement n’a bien sûr pas tardé à expliquer les raisons d’un tel différentiel. Dans un communiqué envoyé en fin de matinée, Ikea Belgique indique qu’il ajuste ses prix de vente en fonction du marché et offre le prix le plus bas par rapport à la concurrence sur ses produits. Les différences de prix varient également, ajoute-t-il, en fonction d’éléments tels que la TVA (notamment pour l’Horeca), les coûts salariaux, les volumes de vente, etc. Et d’insister sur le fait que "le catalogue propose 6000 références et qu’il y a un assortiment de 9000 produits dans les magasins. La comparaison d’un autre panier d’une vingtaine d’articles donnerait dès lors une autre image".