InBev: les syndicats mettent la pression

Entreprises & Start-up

S.Vdd.

Publié le

InBev: les syndicats mettent la pression
© Devoghel

Les syndicats d'InBev en Belgique font monter la pression. Ils ont déposé, vendredi, un préavis de grève couvrant toute éventuelle action dans l'ensemble des sites belges du groupe brassicole.

Cette décision fait suite à l'échec de la réunion de conciliation qui s'est tenue jeudi au ministère de l'Emploi à Bruxelles. Après l'annonce de deux restructurations en trois mois entraînant la perte de 381 emplois au moins sur les différents sites belges du groupe (Hoegaarden, Louvain, Jupille et Bruxelles), les représentants du personnel voulaient avoir des détails sur les plans industriels de l'entreprise à 3 ans. «Nous avons reçu la même réponse que lors de notre rencontre avec Stéfan Descheemaeker, le responsable de l'Europe de l'Ouest, la semaine dernière, à savoir que nous ne devions pas avoir de crainte pour les 6 à 12 mois à venir. Mais nous n'avons aucune vision au-delà. C'est inquiétant pour une société de la taille d'InBev», explique Marc Sparmont (SETCa de Liège) au nom du front commun syndical.

Les syndicats ont également demandé à la direction de mettre en place une convention collective de travail à portée européenne pour, explique le syndicaliste, «éviter des délocalisations intracommunautaires», comme le prévoit la dernière restructuration. Pour rappel, InBev a décidé de délocaliser une partie de ses services administratifs (comme la facturation) pour la Belgique, essentiellement localisés à Jupille, en Hongrie. Mais la direction a renvoyé cette demande au conseil d'entreprise européen. La réunion s'étant soldée par un échec, les syndicats ont déposé un préavis de grève. Il n'est toutefois pas encore question d'une grève générale qui paralyserait tous les sites belges du groupe. «La direction a pris ses dispositions pour que les grands magasins et les cafés aient des stocks. Une telle action ne serait donc pas efficace maintenant», précise Marc Sparmont. Les syndicats attendent, pour ce faire, les beaux jours et que la consommation de bière ne reparte à la hausse.

D'ici là, une manifestation sera organisée à Liège, le 24 mars et une autre le 28 mars à Louvain, destinée à tous les travailleurs européens. «Il sera difficile de faire revenir la direction sur une décision mondiale mais nous espérons obtenir des compensations et stopper l'hémorragie en termes d'emplois nets», ajoute le représentant syndical.

La direction d'InBev Belgique a, pour sa part, déploré l'issue de la réunion, précisant qu'elle continuerait «à tout mettre en oeuvre pour maintenir un dialogue constructif».

© La Libre Belgique 2006

A lire également

Libre ECO

Immobilier pour vous