Les syndicats de la banque ont manifesté en marge d’une conférence de presse à l’ING Art Center.

Une vingtaine de syndicalistes CNE et Setca d’ING a manifesté son refus du plan de restructuration, mardi matin, devant l’ING Art Center, place Royale à Bruxelles. La banque y organisait une conférence de presse de présentation de sa prochaine grande exposition consacrée à l’art abstrait et les représentants du personnel d’ING voulaient se rappeler au bon souvenir de la direction.

“Même si nous n’avons rien contre l’art, nous trouvons insultant les moyens financiers mis en œuvre pour une exposition, alors que 3500 personnes vont perdre leur emploi. Ce n’est pas le meilleur timing”, estime Pascal Breyer, délégué Setca. “Les discussions dans le cadre de la procédure Renault sont en cours mais la direction ne nous communique pas grand-chose. Elle devrait d’elle-même nous fournir tous les détails de son plan de restructuration mais elle s’en tient à des aspects marketing. Nous n’avons donc pas la possibilité de lui présenter des alternatives”, poursuit le syndicaliste.

Pour la CNE, une déclaration de Patricia De Peuter, qui dirige le département “Arts” d’ING, faite au “Trends” le week-end dernier, ne passe pas. “ING fait partie des sociétés qui ont pris conscience de la nécessité du bien-être de leurs employés, et pas seulement de la recherche de profits purs et durs”, a-t-elle déclaré. Inacceptable, dans le contexte actuel, pour le syndicat chrétien qui rétorque par une affichette en anglais, apposée sur la façade de l’ING Art Center : “ING, the art of killing jobs” (ING a l’art de tuer les emplois). “Notre présence aujourd’hui est symbolique et vise à faire comprendre à la direction que nous rejetons son plan. Nous contestons en premier les objectifs financiers trop ambitieux du groupe. Nous voulons des informations concrètes sur les licenciements secs qui vont être opérés, des données précises, chiffrées nous permettant de mesurer l’impact du plan social”, explique le délégué CNE Geoffrey Hantson. Il tient à préciser que “le plus grave, c’est qu’à terme, tous les membres du personnel restant devront repostuler pour leur fonction. ING va mettre les gens en compétition et ça commence déjà à se sentir. Nous, nous demandons au personnel d’être solidaire”.

Le rassemblement syndical a pris fin peu avant midi, sans que les manifestants aient pu rencontrer les journalistes invités à la conférence de presse. Ceux-ci avaient en effet été invités à entrer dans l’Art Center par une autre porte.