La banque va néanmoins examiner les conséquences de cette restructuration pour la Belgique et en discuter avec les partenaires sociaux.

ING - qui table sur une perte nette, en 2008, de 1 milliard d'euros - souhaite réduire ses coûts d'1 milliard d'euros en 2009. "Les mesures qui seront prises en Belgique seront examinées en profondeur, en collaboration avec les partenaires sociaux", a fait savoir ING Belgique dans un communiqué.

Cette dernière publiera ses chiffres le 18 février prochain. Entre-temps, elle a déjà indiqué que ses résultats seront inférieurs à ceux de 2007 mais que, dans le même temps, elle a enregistré une progression de ses dépôts et du nombre de ses clients.

"En terme de bilan, la situation d'ING Belgique est particulièrement saine, avec des ratios de solvabilité clairement supérieurs aux minima légaux et des liquidités plus qu'en suffisance", selon le communiqué.