ING "prend des mesures pour contrer les implications de conditions économiques et de marché changeant de façon persistante", écrit le groupe dans un communiqué. Le groupe "prend différentes mesures pour réduire les risques et les coûts et augmenter sa concentration sur ses activités clés d'épargne et d'investissement", poursuit-il.

Le groupe a enregistré, selon des résultat provisoires, une perte nette de un milliard d'euros en 2008. Il a aussi annoncé le départ de son directeur exécutif (CEO), le Belge Michel Tilmant, en raison des "développements extraordinaires ces derniers mois et vu sa situation personnelle".

Il est remplacé par Jan Hommen, tout en restant conseiller du groupe jusqu'au moment de son départ à la retraite, le 1er août prochain. ING avait reçu le 19 octobre une injection de capital de dix milliards d'euros de l'Etat néerlandais.

Les conséquences en Belgique de l'annonce d'ING de supprimer 7.000 emplois dans le monde en 2009 dans le cadre d'un plan visant une réduction des coûts ne sont pas encore claires, a indiqué lundi une porte-parole d'ING. Le groupe néerlandais emploie 10.000 personnes en Belgique.

"Nous n'avons pas de vue sur ce que cela représente pour la Belgique. Que nous fournissions une contribution (aux économies) est clair. Quant à savoir si cela se passera via des pertes d'emploi ou via d'autres économies de coût, nous ne le savons pas", a indiqué Ilse De Muyter, porte-parole d'ING Belgique.