ING Belgique et les syndicats socialistes et chrétiens (SETCA-BBTK, CNE et ACV) ont signé des nouvelles conventions collectives “qui permettent à la banque de progresser dans son ambition d’être un pionnier dans les services bancaires digitaux”, souligne le communiqué publié vendredi. Le syndicat libéral ACLVB-CGSLB a rejeté les propositions, estimant notamment que les garanties en matière d’emplois insuffisantes, nous explique une source syndicale.

Deux points

Les accords portent sur deux points. “La première partie crée un cadre destiné à promouvoir la mobilité interne grâce à l’acquisition de nouvelles compétences et au perfectionnement des compétences existantes”. En clair les employés devront s’adapter aux “circonstances toujours changeantes”.

“Le second volet ouvre la voie à une nouvelle approche du travail chez ING avec, entre autres, l’ambition d’atteindre une moyenne de 50 % de travail à domicile”. En plus du domicile, le communiqué évoque aussi “tout autre lieu en Europe”. Un budget est destiné à équiper les employés d’outils de travail ergonomiques à domicile.