Comme on l'avait remarqué lors du confinement du printemps, certains clients des supermarchés ne respectent pas les règles sanitaires établies pour la grande distribution. C'est ce que rapporte lundi le syndicat chrétien CNE, par la voix de Manuel Gonzalez, délégué itinérant pour une quinzaine d'hypers et de Carrefour Market à Bruxelles et dans le Brabant wallon.

Ces règles prévoient notamment un seul client par caddie, le respect de la distanciation sociale et le port du masque. "Si la très grande majorité des clients les respectent, une minorité les contourne. On voit des gens arriver à plusieurs. Ils prennent chacun un caddie puis les abandonnent tous dans les rayons, sauf un pour faire leurs courses ensemble, parfois à quatre ou cinq. Des clients baissent aussi leur masque une fois qu'ils ont passé les portes du magasin. Ces attitudes sont honteuses", détaille Manuel Gonzalez.

Pour ce second confinement, il est prévu qu'un garde soit posté à l'extérieur de chaque hyper et supermarché pour faire respecter les règles. Ces agents de sécurité subissent parfois l'agressivité de clients, tout comme le personnel en rayons qui se risque à faire des remarques, signale le syndicaliste. "Il y a des insultes, des menaces, des crachats, des empoignades. On assiste aussi à des disputes entre des clients qui ne respectent pas les règles et ceux qui tiennent à ce qu'elles soient appliquées. Heureusement que ces derniers sont là", indique-t-il.

Face à ces comportements, tous les managers de magasins ne réagissent pas de la même manière. "Une minorité nous répond qu'elle ne peut rien faire, qu'elle n'a pas le pouvoir juridique de faire respecter par exemple la désinfection des caddies par les clients. Certains directeurs donnent aux gardes l'instruction de laisser faire car c'est le client et le commerce avant tout." La direction générale de Carrefour, elle, tente de faire appliquer les règles sanitaires dans tous les magasins, précise le délégué CNE.

Ce qui choque particulièrement Manuel Gonzalez, c'est que, dit-il, "il y avait très peu de contaminations au Covid au sein du personnel lors de la première vague de l'épidémie. Actuellement, ce n'est plus le cas. Certains magasins affichent un taux d'absentéisme de 15 ou 20%. Des employés qui, pourtant, prennent absolument toutes les précautions dans leur vie privée tombent malades, ce qui tend à prouver que des contaminations ont lieu au travail".

Le syndicat chrétien appelle donc au respect des règles et des employés de magasins par les clients et demande qu'un garde soit spécialement affecté au respect des règles et à une mission de prévention à l'intérieur des super et hypermarchés.