LIBRE ECO WEEK-END | START-UP DE LA SEMAINE

La jeune pousse liégeoise, incubée à la Faktory, s’est rendue au CES, à Las Vegas, pour mettre sa sonde EcO en vitrine.

Quand on n’a pas encore 30 ans et qu’on lance une start-up, avec un produit technologique innovant destiné aux particuliers, une participation au Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas est un must ! Un peu comme le réalisateur d’un premier film qui serait sélectionné à Cannes ou Venise. C’est ce qui est arrivé à Romain Trigaux (29 ans) et Sébastien Beaumont (26 ans), entrepreneurs liégeois actifs au sein de l’incubateur The Faktory de Pierre L’Hoest et Simon Alexandre (présents, à Las Vegas, aux côtés de leurs poulains). Avec six autres start-up tech wallonnes, ils ont pu prendre place sur le stand Digital Wallonia de l’Awex installé au cœur de l’Eureka Park (the place to be pour les centaines de jeunes pousses invitées à montrer leur savoir-faire aux 175 000 visiteurs professionnels du CES).

Durant quatre jours, Romain Trigaux et Sébastien Beaumont, les deux porteurs du projet Iopool, ont enchaîné les “démos” de leur sonde connectée (EcO). Avec, comme éléments de décor, un petit aquarium, trois sondes, une tablette, un échantillon de produits (traitement de l’eau), des petits canards et un matelas en forme d’ananas que l’on imagine, sans trop de peine, posé le long d’une swimming pool privée de Californie ou de Floride.

Nous avions déjà eu l’occasion de saluer l’arrivée d’Iopool, à l’été 2019, au bord de la piscine d’une utilisatrice d’Iopool en plein centre de Liège. Pour mémoire, Iopool se compose à la fois d’une sonde (un thermomètre de 20 cm, équipé de capteurs et d’une batterie longue durée, qui flotte à la surface de l’eau) et d’une application à télécharger sur smartphone. La communication entre EcO et le smartphone se fait via Bluetooth. “Toutes les 15 minutes, il y a une mise à jour de trois indicateurs mesurant la qualité de l’eau de la piscine : la température, le pH (acidité/basicité de l’eau) et l’ORP (capacité de désinfection de l’eau). Il suffit de consulter l’app pour voir s’il y a un souci ou pas”, expliquent Romain Trigaux et Sébastien Beaumont.

L’intelligence d’Iopool dépasse le simple tableau de bord permettant, à un propriétaire de piscine, de savoir en un coup d’œil si l’eau est saine ou s’il vaut mieux éviter la baignade. Dès qu’un traitement est nécessaire, l’application le signale. “Notre solution fait même des recommandations préventives et personnalisées. Le tout a été conçu pour que ce soit simple d’usage et précis pour les dosages des produits d’entretien.” Le dispositif gère aussi les stocks de produits (sélectionnés et vendus sur l’e-shop de Iopool). Pour un “pack” de départ (produits, sonde, application, suivi et recommandations), il en coûte moins de 200 euros, ce qui est très bon marché au regard d’autres solutions comparables disponibles sur le marché ou du prix demandé par un pisciniste professionnel.

Un marché de plusieurs dizaines de millions d’euros

Iopool dispose d’un portefeuille de clients encore modeste (150, dont 60 % de clients français). Si Romain Trigaux et Sébastien Beaumont ont participé au CES, du 7 au 10 janvier, c’est pour sonder le marché américain (le premier au monde avec 11 millions de piscines, contre 1,8 million en France). “Nous allons entamer un premier test dans l’Etat de Floride avec le soutien d’un Belge qui connaît bien le marché américain. Notre présence au CES, elle est utile pour faire connaître Iopool, mais aussi pour nouer des contacts avec des plateformes en ligne et des professionnels de la piscine, ce qui nous aide à mieux comprendre la culture des détenteurs de piscines aux Etats-Unis.”

Selon Pierre L’Hoest, dont la Faktory a investi environ 1 million d’euros dans le projet, Iopool se trouve devant un marché B2C de la piscine qui, en termes de chiffre d’affaires, se compte tout de même en dizaines de millions… Outre la Belgique, les pays ciblés en priorité sont la France, l’Espagne et, désormais, les États-Unis. Soit, au total, un marché représentant une quinzaine de millions de piscines (dont la moitié se trouve potentiellement dans la cible de la start-up wallonne).

Société

Iopool, projet incubé à partir de 2018 au sein de The Faktory (à Liège), est porté par Romain Trigaux et Sébastien Beaumont. Ils travaillent avec deux développeurs.

Investisseurs

The Faktory.

Site

https://iopool.com

Particularité

Pour sélectionner la gamme de ses produits d’entretien, Iopool collabore avec le Cebedeau, centre de recherche et d’expertise de l’eau de l’Université de Liège.