Microsoft lance vendredi sa toute dernière console, la Xbox One, qui va faire directement concurrence à la Playstation 4 de Sony dans un marché des jeux vidéos en pleine ébullition. Sony a grillé la politesse à son adversaire en sortant sa nouvelle championne dès la semaine passée sur le marché nord-américain, prenant ainsi un léger avantage à l'entame de la période des achats de fin d'année.

La japonaise est aussi mieux placée en terme de prix puisqu'elle s'écoule à 400 dollars, soit 100 dollars de moins que sa concurrente. Sony s'est vanté d'avoir vendu plus d'un million de PS4 en 24 heures après sa sortie vendredi dernier, mais ce lancement en fanfare a été terni par quelques plaintes de consommateurs rapportant des dysfonctionnements sur leur machine.

Les analystes soulignent qu'il faudra du temps pour voir laquelle de ces consoles sera la plus populaire, mais le prix inférieur de la PS4 plaide en sa faveur. "Si l'histoire nous a montré quelque chose, c'est que les joueurs les plus assidus préfèrent en général Sony", estime Brian Blau, directeur de recherche pour la société d'analyse Gartner. "Mais pour le moment je n'ai rien vu qui permette de dire qu'une console aura l'avantage sur l'autre".

Pour la génération précédente, la Xbox 360 avait été la console la plus vendue aux Etats-Unis. Les deux machines ont des graphismes de meilleure qualité et permettent une meilleure immersion dans les jeux. Les outils permettant de jouer en ligne et de partager avec ses amis ont aussi été améliorés.

Microsoft met d'ailleurs en avant sa console comme un outil de divertissement multifonctions, qui va bien au-delà des simples jeux vidéos. Les capacités accrues de la machine permettent de passer instantanément des jeux vidéo à internet ou à la télévision. Le logiciel Skype, qui appartient à Microsoft, a aussi été intégré et permet des conversations à distance entre plusieurs personnes.

L'instrument Kinect de détection des mouvements et les accessoires acoustiques accompagnant la console reconnaissent les utilisateurs, répondent à des ordres parlés, et peuvent même surveiller les pulsations cardiaques des joueurs.

Les anciens jeux pas compatibles

"C'est le début d'une nouvelle génération de jeux et de divertissements, et d'une nouvelle génération de télévisions intelligentes", avait noté Yusuf Mehdi, de l'unité divertissements de Microsoft, lorsque la Xbox One a été dévoilée. Ce dernier a insisté sur le fait que le Kinect, qui était vendu comme un accessoire supplémentaire sur la Xbox 360, est à présent inclus dans la nouvelle Xbox One, à l'allure classique noire et aux formes épurées.

Malgré tout, un élément va faire enrager les joueurs: aucune de ces deux nouvelles consoles n'est compatible avec les jeux des versions précédentes. Par ailleurs, Yusuf Mehdi n'a pas semblé inquiet par la popularité grandissante des jeux sur smartphones ou tablettes, estimant que cela ne fait qu'accroître l'appétit pour les divertissements interactifs dans ce qui est devenu une industrie pesant 93 milliards de dollars.

Selon la société d'analyse Gartner, le segment des consoles dans le marché des jeux vidéo va augmenter et passer de 44 milliards de dollars cette année à 49 milliards en 2014, tandis que les jeux sur appareils mobiles passeront de 13 à 17 milliards de dollars. "Microsoft et Sony ont grandement amélioré leurs produits", ajoute Brian Blau. "La clé pour eux va être d'avoir des jeux et des applications de qualité pour exploiter toutes les ressources de leurs machines".

Les deux géants ont travaillé avec des éditeurs de jeux à succès, qui ont sorti des versions de leurs blockbusters dédiés à ces nouvelles consoles. "Au moment des lancements de ces nouvelles machines, on dispose déjà de jeux que l'on connaît. Mais maintenant on attend des développeurs de Sony et Microsoft des nouveautés attirantes", dit encore M. Blau.

Un autre acteur majeur de cette "guerre des consoles", Nintendo, avait de son côté sorti une version innovante de sa Wii U en fin d'année passée, mais les ventes n'ont pas décollé. La Xbox One sort vendredi dans 13 pays, dont les Etats-Unis, l'Australie, le Royaume-Uni, l'Espagne, l'Allemagne et la France.

Sony lance la très attendue PlayStation 4

Sony lance vendredi aux Etats-Unis la très attendue PlayStation 4 (PS4), sa console de salon de nouvelle génération dont le groupe japonais vante les capacités techniques et l'interactivité accrue avec internet et les réseaux sociaux.

Successeur de la PlayStation 3, lancée en 2006 et écoulée depuis à quelque 77 millions d'exemplaires selon le cabinet de recherches IDC, la PS4 sortira ensuite en Europe, puis au Japon en février 2014 --où la console pâtit de retards dans le développement de jeux. "Des millions de +gamers+ attendent impatiemment le lancement de la PlayStation 4", résume l'analyste Scott Steinberg, de TechSavvy Global. "Elle va contribuer (...) à établir la nouvelle position des consoles de salon dans un monde de plus en plus marqué par les smartphones, les tablettes et les jeux en ligne gratuits, sociaux et en ligne", pointe-t-il.

Le lancement de la console de Sony intervient une semaine avant celui de sa grande concurrente, la Xbox One de Microsoft. A 399 dollars (399 euros en Europe), la PS4 est moins onéreuse que la Xbox One (499 dollars). "Avec la PS4, nous voulions faire une machine aux performances très élevées à un prix bas, pour qu'il y en ait une dans tous les salons dans le monde entier", résume auprès de l'AFP Adam Boyes, vice-président de Sony Computer Entertainment America. "Nous avons créé une machine capable de choses incroyables", assure-t-il en présentant l'appareil à l'AFP. "Comme pour un couteau suisse, nous avons gardé le meilleur de ce que nous ont appris les appareils mobiles pour le mettre dans la console".

Parallèlement aux capacités techniques de la machine, les possibilités d'interaction sur les réseaux sociaux ont été largement accrues: un simple bouton sur la manette de la PS4 permet ainsi de partager sur Facebook de petites vidéos ou des captures d'écran de jeux.

"Les jeux vont évoluer"

Des images des jeux peuvent aussi être facilement envoyées sur Twitter et les joueurs peuvent inviter leurs contacts à suivre leurs exploits vidéoludiques en direct, via une retransmission en streaming sur des plateformes dédiées.

Les programmeurs de jeux, eux, se réjouissent des nouvelles perspectives qu'offrent les capacités de la machine. "C'est sûr, les jeux seront encore plus incroyables et réalistes à l'avenir", pointe Sylvain Trottier, de l'éditeur français Ubisoft, pour qui il est chargé de développer le "hit" "Assassins Creed: Black Flag" pour les consoles de nouvelle génération. "On peut en faire plus avec les consoles de nouvelle génération", abonde Daniel Suarez, d'Activision, l'éditeur de "Call of Duty: Ghosts". "Au fur et à mesure que les développeurs vont s'habituer à ces systèmes, travailler avec Sony ou Microsoft, les jeux vont évoluer, et devenir plus beaux, plus agréables à jouer", prédit-il.

Ces nouvelles consoles vont ouvrir des portes, garantit-il, évoquant des jeux joués en réalité virtuelle, des systèmes de contrôles par le mouvement encore améliorés, "et des choses auxquelles on n'a même pas encore pensé". "On est juste au moment où on a un petit aperçu de ce qui va être possible", assure encore Daniel Suarez.

La popularité croissante des jeux en ligne gratuits contribue à modifier en profondeur le secteur, mais les consoles de salon devraient y survivre, assure Adam Boyes. "Les jeux mobiles, c'est comme des snacks. On aime manger un petit paquet de chips, mais on ne dit à personne qu'on en a mangé un, et on se sent un peu coupable", sourit-il: "Mais tout le monde veut un vrai dîner. Et le vrai dîner, c'est ce que fait la PlayStation sur un téléviseur".