JPMorgan Chase a vu son bénéfice chuter de 34 pc au 4e trimestre, à cause de dépréciations d'actifs de 1,3 milliard de dollars mais aussi de provisions accrues pour créances douteuses, et averti être "extrêmement prudente" pour 2008. Le bénéfice net trimestriel est tombé à à 2,9 milliards de dollars, soit un bénéfice par action hors exceptionnel de 86 cents, nettement moins que les 93 cents attendus par les analystes. "Nous restons extrêmement prudents en abordant 2008", a commenté le P.D.G. de JPMorgan, Jamie Dimon, cité dans le communiqué. "Nous ne prédisons pas la récession, ce n'est pas notre métier, mais nous y sommes préparés", a précisé un peu plus tard M. Dimon lors d'une conférence téléphonique de présentation des résultats. Ces assurances ont semblé rassurer le marché, où le titre JPMorgan progressait vigoureusement en mileu de séance. La banque a procédé à des dépréciations de 1,3 milliard de dollars sur ses titres adossés aux crédits immobiliers à risque ("subprime"), comme elle l'avait laissé entendre dès le début du mois de novembre. Malgré la crise actuelle de l'immobilier aux Etats-Unis, M. Dimon a expliqué que la part de marché de JPMorgan sur les prêts hypothécaires avait augmenté et que cette activité demeurait l'une des priorités de la banque. JP Morgan a également porté le niveau de ses provisions pour créances douteuses à 2,5 milliards de dollars, en hausse de 42 pc sur le 3e trimestre. Le produit net bancaire trimestriel a augmenté de 7 pc, à 17,3 milliards. Sur l'ensemble de l'exercice annuel 2007, le bénéfice net a augmenté de 6 pc à 15,3 milliards et le PNB de 15 pc à 71,3 milliards. Dans la banque d'investissement, le bénéfice a fondu de 87 pc à 124 millions à cause des dépréciations et d'une chute de 70 pc du PNB. (AFP)