Les clients de Kaupthing Bank Belgique commencent à voir le bout du tunnel, eux dont les avoirs sont désespérément bloqués depuis maintenant plus de 3 mois.

Ils seront, en effet, prochainement repris par le Crédit Agricole, qui vient de signer une convention avec Kaupthing Bank Luxembourg, dont dépend la succursale belge. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé, mais est qualifié de " raisonnable". "Nous reprenons les clients et les avoirs des clients de Kaupthing Belgique, soit 21 000 clients et 700 millions d’avoirs, explique Luc Versele, CEO du Crédit Agricole. Nous ne prenons pas de risque financier."

Quelles en sont les modalités pratiques ? Les 5 000 clients de l’ex-Robeco - rachetée par Kaupthing en 2007 - deviendront clients en private banking du Crédit Agricole. Ce transfert sera automatique. Les 16 000 clients de Kaupthing Edge seront, pour leur part, transférés, tout aussi automatiquement, vers Keytrade, la banque en ligne du Crédit Agricole, dont le site héberge déjà une mine d’informations destinées aux clients Edge.

Cette reprise dépend toutefois de la bonne fin de la transaction : elle doit encore recevoir, notamment, l’approbation des autorités belges et luxembourgeoises. " Le dossier est en bonne voie" , assure Luc Versele.

En dépit de cette bonne nouvelle, la plupart des clients de Kaupthing devront encore prendre leur mal en patience : les dépôts sur les comptes d’épargne et autres comptes à terme vont encore rester bloqués un certain temps. Luc Versele évoque la fin mars ou le début du mois d’avril pour le déblocage des comptes.

Les avoirs déposés sur un dossier-titres auprès de Kaupthing Bank Belgique devraient, par contre, être rapidement transférés vers le Crédit Agricole. Ces portefeuilles seront " mis à disposition " d’ici quelques jours sur un compte-titres du Crédit Agricole.

Le Crédit Agricole reprend donc la clientèle de Kaupthing Belgique, et non la succursale belge de Kaupthing Luxembourg : une trentaine d’emplois devrait donc être perdue. Le Crédit Agricole devrait engager une dizaine de conseillers en private banking de Kaupthing.

Le tout est de voir si les clients de Kaupthing resteront fidèles à leur nouveau banquier. " Il appartiendra à chaque client de Kaupthing de décider s’il reste client de notre banque , reconnaît Luc Versele. Il a quelques arguments. Ces clients bénéficieront de la sécurité et de la garantie d’un groupe bancaire belge solide et solvable."

Pour le Crédit Agricole, cela permet en tout de lancer sur les chapeaux de roue son activité private banking, créée fort opportunément voilà un mois à peine. Luc Versele tablait sur 250 clients en 2009. Il en a déjà 5 000.

Keytrade, de son côté, en gagne 16 000 d’un coup, soit presque autant que sur l’ensemble de l’année 2008 (23 000). Thierry Ternier, CEO de Keytrade, est confiant que les clients Internet de Kaupthing lui resteront fidèles. " L’expérience montre qu’une fois que le client a découvert notre plateforme, il reste chez nous."

D’autant que Keytrade se retrouve généralement dans le peloton de tête de la rémunération de l’épargne.