L'annonce a été faite à l'occasion du 25e anniversaire du site. Le gouvernement flamand ajoute un autre million d'euros en soutien gouvernemental stratégique. Les ministres flamands Hilde Crevits (CD&V) et Bart Somers (Open Vld) et le bourgmestre de Malines Alexander Vandersmissen (Open Vld) ont eu droit à une visite guidée de l'usine Pringles ce mercredi.

Elle a ouvert en 1996 et est la deuxième plus grande usine de Pringles au monde. En 25 ans, le nombre d'employés est passé de 300 à 650. Chaque année, le site produit 104 000 tonnes de chips, destinées à 40 pays d'Europe, du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord.

45 % de CO₂ en moins

La société Kellog Compagny, propriétaire de Pringles depuis 2012, souhaite réduire ses émissions mondiales de CO₂ de 45 % d'ici à 2030. Le site de Malines fait également l'objet d'investissements dans ce sens. Au cours des deux prochaines années, un certain nombre de fours de cuisson seront renouvelés afin de les rendre plus efficaces et durables. L'incinérateur actuel sera remplacé par un modèle plus récent qui pourra récupérer davantage d'énergie thermique pour les processus industriels du site. L'investissement créera une trentaine de nouveaux emplois et augmentera la production d'environ 10 000 tonnes par an.

Le gouvernement flamand met également des fonds à disposition pour l'usine, a annoncé la ministre de l'économie et de l'innovation, Hilde Crevits. "L'investissement de Kellogg's à Malines s'inscrit parfaitement dans les priorités de notre politique durable. C'est pourquoi nous accordons un million d'euros de soutien à l'écologie stratégique. De cette manière, nous soutenons les entreprises qui investissent dans de nouveaux processus plus respectueux de l'environnement et qui, dans le même temps, créent de la croissance économique et de la prospérité. En investissant dans des infrastructures innovantes telles que celle de l'usine Pringles, nous faisons le saut durable vers une économie flamande à l'épreuve du futur".