Jérôme Kerviel, le trader soupçonné de falsifications qui ont coûté 4,9 milliards d'euros à la Société Générale, s'apprête à porter plainte contre la banque pour licenciement abusif, affirme jeudi The Times sur son site internet. M. Kerviel devrait déposer une plainte pour licenciement abusif arguant que son ancien employeur n'a pas réussi à prouver l'existence d'une faute, indique le site du quotidien britannique. L'ancien trader fonderait sa plainte sur deux points, selon The Times. Un point sur le fond: les pertes sont apparues uniquement après que la Société Générale a décidé de déboucler les positions de M. Kerviel. Le deuxième point serait sur la forme: le droit du travail oblige l'employeur à recevoir l'employé qu'il veut licencier pour résilier le contrat de travail. Or M. Kerviel, sorti de prison le 18 mars, est soumis à un strict contrôle judiciaire, qui lui interdit notamment de rencontrer les protagonistes du dossier et donc les dirigeants de la banque. Si l'ancien trader remportait ce procès, la Société Générale se verrait dans l'obligation de lui verser une indemnité, selon The Times.