Le magasin et l'espace de restauration ont également été modernisés. L'investissement total s'élève à 4,8 millions d'euros. La nouvelle installation brassicole, du matériel italien, a été placée dans un bâtiment classé de l'abbaye. Le réaménagement s'est fait en collaboration avec l'Agence wallonne du patrimoine. La brasserie du Val-Dieu, qui a bien résisté à la crise du coronavirus en n'enregistrant qu'un recul inférieur à 4 % de ses volumes entre 2019 et 2020, pourra ainsi doubler sa capacité de production pour la porter à 40.000 hectolitres annuels. Un objectif que le fondateur, Alain Pinckaers, espère atteindre en cinq ans.

Une salle de dégustation flambant neuve a été aménagée dans des anciens fenils datant du 17e siècle. Elle s'étend sur deux étages et dévoile de belles charpentes d'époque. "Ce réaménagement a permis de révéler un joyau jusqu'ici inaccessible au grand public", expliquait vendredi au cours d'une conférence de presse Emeline Gilliquet, directrice de l'ASBL Abbaye du Val-Dieu.

Cet élan de modernisation a inspiré le brasseur qui a produit une 7e bière dans la gamme Val-Dieu, élaborée avec du jus de cerises griottes. Le breuvage atterrit, du haut de ses 9 % vol. alc., dans le segment tendance des bières fruitées fortes.

Étiquetée bière belge d'abbaye reconnue, la Val-Dieu est une des rares bières belges non-trappistes à être encore brassée au sein d'une abbaye. "Il n'y a plus de communauté religieuse depuis 2001, mais l'abbaye appartient toujours à une communauté cistercienne", conclut Mme Gilliquet.