L'action Delhaize a clôturé hier à 51,1 euros, en baisse de 5,46 pc. Cette chute ne s'explique pas par la seule déprime boursière qui a touché toutes les places financières. Et elle n'est sans doute pas directement liée aux problèmes de délit d'initié (lire en page 23). Selon certains observateurs, elle s'explique surtout par le `profit warning´ fait par un concurrent, le groupe de distribution américain Safeway

Safeway, qui a 1782 magasins aux Etats-Unis et dans l'Ouest du Canada, a revu à la baisse (de 5 à 8 pc) ses prévisions de résultats pour le second trimestre et pour l'ensemble de l'année. Il prévoit un résultat par action de 2,86-2,90 dollars par action pour 2002. En cause notamment: la faiblesse de l'économie, la concurrence dans le secteur et une politique de prix trop agressive.

Le groupe a aussi revu en baisse de 10 pc son plan d'investissement pour l'année 2002. Cette annonce a mis plusieurs valeurs de la distribution cotées aux Etats-Unis sous pression.

Delhaize dont 80 pc du chiffre d'affaires se font aux Etats-Unis, qui est coté à Wall Street et qui a aussi un actionnariat américain surtout depuis le rachat de Delhaize America en avril 2001, a, semble-t-il aussi été touché par cette nouvelle.

Reste maintenant à voir si les résultats de Delhaize au second trimestre traduiront effectivement un fléchissement. Ceux du premier trimestre avaient, eux, plutôt agréablement surpris. Le résultat par action était en hausse de 5,3 pc à 0,94 euro. Le chiffre d'affaires et le résultat opérationnel avaient été supérieurs aux prévisions des analystes.L'administrateur délégué Pierre-Olivier Beckers s'était dit `très confiant´ pour atteindre les objectifs fixés.

© La Libre Belgique 2002