En novembre 2018, la société liégeoise annonçait que Jean Galler avait laissé l'entièreté de la chocolaterie qu'il a fondée en 1976 à son investisseur qatari, qui en devenait le seul actionnaire. La famille qatarie du cheik Bin Jassim Al Thani avait fait son entrée dans le capital de la société liégeoise en 2006.

Malgré quelques exercices dans le rouge, l'actionnaire qatari avait confirmé sa volonté de pérenniser l'activité et de maintenir la production à Vaux-sous-Chèvremont (Chaudfontaine).

Près de deux années plus tard, cet actionnaire qatari a donc décidé de céder 25% du capital à un groupe d'investisseurs belges. Selon L'Echo, trois groupes d'investisseurs apportent près de sept millions d'euros lors d'une augmentation de capital. Il s'agit d'entrepreneurs liégeois qui accompagnent le management de l'entreprise pour un apport d'1,35 million d'euros, auxquels s'ajoutent l'invest Noshaq (à hauteur de 3 millions) et le fonds paritaire patrons-syndicats Invest for Jobs (à concurrence d'un million). L'actionnaire qatari apporte à son tour 1,5 million d'euros de plus.

Le chocolatier liégeois, fournisseur breveté de la Cour de Belgique, entend également adapter sa stratégie, dont l'enjeu ne sera plus le seul profit mais aussi l'équité et la durabilité.

Disclaimer: Belga diffuse quotidiennement des dépêches reprenant des informations provenant d'autres médias. Ces dépêches sont identifiables par le mot-clé PRESS. Belga ne peut toutefois pas être tenu pour responsable de ces informations fournies par d'autres médias. Merci aux rédactions qui les utiliseraient de toujours citer la source exacte des informations relayées par Belga.